S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Édito

de Christian Pèes



                


Un nouveau projet d’ordonnance

Un nouveau projet d’ordonnance portant sur la séparation du conseil et de la vente de produits phytopharmaceutiques et la pérennisation des CEPP vient de nous être communiqué. Ce projet, soumis à consultation publique jusqu'au 24 février, sera ensuite soumis à l’avis du Conseil d’Etat.

Ce texte confirme la volonté du gouvernement d’une séparation capitalistique de tous les conseils liés aux produits phytosanitaires, hors conseil de sécurité et sur les conditions d’usage. Il concerne donc tant le conseil « stratégique », obligatoire deux fois tous les cinq ans pour l’obtention du certiphyto, que le conseil dit « spécifique » (ou conseil d’intervention) qui n’est pas obligatoire. La dernière version de l’ordonnance précise plusieurs points sur la notion d’indépendance capitalistique et modifie assez fondamentalement le fonctionnement des CEPP : les pénalités en cas de non atteinte des objectifs sont supprimées, en échange d’un lien entre les moyens mis en œuvre pour les atteindre et l’agrément des entreprises de vente et de conseil. En quelque sorte le passage d’une obligation de résultats à une obligations de moyens dont les modalités ne seront fixées que dans les référentiels d’agrément.

Comme nous l’affirmons avec constance depuis le début des débats sur la loi EGAlim ce projet de séparation capitalistique ne nous convient pas. Nous y sommes opposés :

Car il va avoir pour effet une désorganisation brutale de l’écosystème du conseil en France, avec des effets très négatifs pour nos entreprises ;
Parce qu’il va empêcher nos coopératives qui mettent en marché les produits de leurs adhérents de leur apporter les conseils nécessaires au respect de la qualité sanitaire et des cahiers des charges exigés par nos clients ;
Parce qu’il y a une contradiction totale entre le principe des CEPP et la séparation capitalistique ;
Parce que ce n’est pas avec cette mesure que nous réduirons l’usages des produits phytosanitaires de synthèse mais bien en apportant aux agriculteurs de vraies solutions alternatives.

Face à ce projet, nous avons proposé une séparation opérationnelle, c’était une proposition responsable, mais force est de constater que nous n’avons pas été écoutés, ni par le législateur, ni par l’administration. Nous soutenons que la vraie réponse à l’objectif de réduction d’usage de produits chimiques, auquel nous souscrivons comme l’immense majorité de nos concitoyens, passe par la mise au point, la diffusion et la mise en œuvre de solutions alternatives fiables et économiquement supportables. C’est tout le sens de notre engagement, aux côtés de plus de 40 partenaires, dans le « contrat de solutions », engagement que nous réaffirmeront au salon de l’agriculture dans un mois.

Nous continuerons à faire valoir notre position jusqu’au bout et nous appelons d’ores et déjà les coopératives à contribuer à la consultation publique et à inviter leurs adhérents et salariés à le faire.

Quelle que soit la version de l’ordonnance définitivement adoptée, nous insistons tout particulièrement sur la question des délais. La date d’entrée en vigueur du 1er janvier 2021 n’est pas tenable. Il faut au moins un an de plus pour conduire de tels changements tout en continuant à apporter aux agriculteurs un conseil fiable et un approvisionnement sécurisé. Nous serons par ailleurs extrêmement attentifs à la rédaction des décrets d’application et référentiels d’agrément.

L’engagement au quotidien pour défendre nos positions ne doit pas nous empêcher de préparer l’avenir, bien au contraire. C’est pourquoi nous avons lancé un travail d’élaboration de scénarios permettant, dans le nouveau cadre législatif et réglementaire, de continuer à apporter aux agriculteurs l’ensemble des services qu’ils attendent de leurs coopératives. Ce travail a pour objectif de vous apporter les clés pour définir, dans chacune de vos entreprises, les voies d’adaptation qui vous conviendront le mieux.

Les premiers éléments de ce travail seront présentés à l’occasion de nos réunions régionales qui se réuniront cette année entre le 26 mars et le 10 avril. Venez nombreux pour en débattre !

bandeau-marches

Les marchés

Analyse et conjoncture

Céréales : vive concurrence sur le marché mondial


L'UE prend une décision favorable sur le biodiesel argentin

Actualités de la filière


Comité Malteurs de France - Brasseurs de France

Statistiques & Références

CIC - Rapport sur le marché


FranceAgriMer - Collecte et stocks


Bilan à mi-campagne des exportations françaises de blé tendre

Informations adhérents

Position de Coop de France sur le nouveau projet d’ordonnance


Contractualisation rénovée de la loi Egalim : Conséquences pratiques dans le secteur des « Grains »


Dénouement pour l'application de la Redevance
pour Pollutions Diffuses


Parution de la V4 de l'ordonnance sur la séparation de la vente et du conseil et du dispositif CEPP

connexion

Formation

Facturation clients, maîtrise des règles en coopérative agricole


La Prise de parole en public et la conduite de réunion

Agenda

Save the date - Journée Filière Blé Dur 2019


France export Céréales - Matinée d’information et d’échanges

Offres d'emplois

Réunions régionales 2019

Coop de France Métiers du grain



Comme chaque année, Coop de France Métiers du grain viendra à votre rencontre dans votre région pour nos traditionnelles réunions d’information et d’échanges de printemps.

Réservez dès maintenant
les dates suivantes dans vos agendas :

Montauban : mardi 26 mars Amiens : mercredi 3 avril
Poitiers : mercredi 27 mars Rennes : jeudi 4 avril
Orléans : jeudi 28 mars Valence : mardi 9 avril
Nancy : mardi 2 avril Dijon : mercredi 10 avril


Contact
Sandrine LOUP : sandrine.loup@coopdefrance.coop