S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°01 - Vendredi 04 janvier 2019

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Anne-Laure Paumier

Céréales : timide reprise dans
un marché attentiste

Blé

En dehors d’un léger fléchissement la veille de la Saint-Sylvestre, les cours des céréales sont restés stables tout au long de la période des fêtes de fin d’année. En ces premiers jours de janvier, la reprise est encore timide. La commission européenne a actualisé ses publications statistiques. En revanche, les Etats-Unis sont empêtrés dans le bras de fer pour le vote du budget. En l’absence d’accord, certaines administrations ont interrompu leurs services. Le département de l’Agriculture n’est pas épargné par ce « shutdown » et ainsi de nombreuses statistiques ne sont pas publiées, dont les exportations américaines de grains. Certains craignent que le rapport de début janvier sur l’offre et la demande mondiale de grains, ne soit pas publié. Or, dans cette période d’incertitudes politiques et d’interrogations sur les équilibres entre les disponibilités de marchandises et les besoins des principaux importateurs, les statistiques et prévisions de l’USDA sont particulièrement attendues. La trêve entre la Chine et les Etats-Unis se traduira-t-elle en nouvelles affaires ? L’accord de principe entre les exportateurs et le gouvernement russe parviendra-t-il à réguler suffisamment les sorties de blé tendre et à apaiser les tensions sur le marché intérieur du pays ? Les conditions météorologiques adverses dans l’hémisphère sud, notamment en Argentine et en Australie se traduiront-elles par de nouvelles baisses dans les estimations de production et dans les exportations de ces deux pays ? Les importations européennes records de maïs de ces derniers mois vont-elles se poursuivre à ce rythme ?

La liste des questions est bien longue, et en l’absence de réponses claires ou évidentes, le marché peine à prendre une direction.

Il est certain que bons nombres d’opérateurs espèrent que le blé français, qui s’est essentiellement exporté vers l’Algérie sur le premier semestre, bénéficie de la moindre présence de la Russie pour trouver d’autres destinations sur cette deuxième partie de campagne. Lors de la réunion organisée avec les exportateurs le 20 décembre, le gouvernement russe a précisé qu’il n’y aurait pas de taxe à l’exportation ni d’embargo, et a donné un nouvel « accord » pour l’exportation de 14 Mt de blé d’ici la fin de la campagne.  Alors que le pays aurait déjà exporté 24,5 Mt entre le 1er juillet et le 31 décembre 2018, cela porterait le total des exportations à 38,5 Mt, mais laisserait les stocks a priori sur les niveaux attendus puisque dans le même temps le gouvernement revoit la production nationale de blé à la hausse (72 Mt).

Ainsi, même si le chiffre des exportations russes reste élevé, le rythme va se réduire et laissera probablement de l’espace pour les autres concurrents. La raréfaction de l’offre russe s’est d’ailleurs concrétisée par une hausse régulière des prix au départ de la mer noire tout au long du mois de décembre. Autre élément, lors du dernier achat réalisé par l’Egypte le 20 décembre, le GASC a opté pour 60 kt de blé ukrainien et 60 kt de blé roumain et n’a pas retenu les offres russes devenues trop chères. Au cours des trois dernières semaines, période dédiée aux Assemblées Générales des coopératives puis à la traditionnelle trêve des confiseurs, l’activité sur le marché comme dans les ports français n’a pas montré d’accélération significative. On note toutefois un second bateau de 64 kt chargé à destination de la Chine, 3 bateaux de 20-25kt pour Cuba et deux premiers bateaux pour le Maroc (65kt).

Maïs

Le cours du maïs sur le marché français a suivi celui du blé. Les statistiques étonnamment élevées d’importations dans l’Union européenne n’impactent pas pour le moment le prix du maïs. Déjà jugé bas comparativement à celui du blé tendre, le grain français trouve preneur sur le marché intérieur des fabricants d’aliments. Ceci étant, entre les nouvelles entrées et les ajustements des statistiques, 11,3 Mt de maïs sont entrées dans les ports européens entre le 1er juillet et le 30 décembre, soit 3,7 Mt de plus que l’an dernier à la même date. Les flux ont été particulièrement importants depuis le mois d’octobre avec près de 2,5 Mt par mois... A ce rythme, il est évident que l’Union Européenne va battre ses records d’importations.

Orge

Les exportations d’orge de l’Union Européenne vers les Pays-Tiers s’élèvent à 2,6 Mt depuis le début de la campagne et sont comparables à l’an dernier à la même date. Et près de la moitié des expéditions se sont réalisées au départ de la France (46%). Après une activité importante à l’exportation en début de campagne à destination de la Chine (472 kt), c’est l’Arabie Saoudite qui a pris le relais (370 kt). Les chargements se poursuivent, mais le marché reste très calme.

Cette semaine, FranceAgriMer a publié ses données sur la collecte et les stocks. Et il est assez étonnant de constater qu’au 1er décembre les stocks d’orge chez les OS étaient supérieurs de 300 kt à ceux de l’an dernier à la même date, alors que la production et la collecte sont en retrait. L’orge étant devenue aussi chère que le blé en raison de la forte demande des Pays-Tiers, les fabricants d’aliments européens ont délaissé cette céréale. Mais sur ces niveaux de prix actuels, l’orge française semble peiner à trouver preneur.

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017 165.4  
07/07/2017 167,9  
14/07/2017 164,1  
21/07/2017 163,4  
28/07/2017 164,9  
04/08/2017 159,5  
11/08/2017 159  
18/08/2017 153  
25/08/2017 152  
01/09/2017 152  
08/09/2017 152  
15/09/2017 154,6  
22/09/2017 156,1  
29/09/2017 157,9  
06/10/2017 157,4  
13/10/2017 154,6  
20/10/2017 154,9  
27/10/2017 157,5  
03/11/2017 157,9  
10/11/2017 155,5  
17/11/2017 154  
24/11/2017 155  
01/12/2017 154 161,9
08/12/2017 153,3 159,9
15/12/2017 153 159,6
22/12/2017 153 160
29/12/2017 151,6 161
05/01/2018 152 160,4
12/01/2018 151,5 160,6
19/01/2018 149 157,4
26/01/2018 150,5 157,2
02/02/2018 151 157,9
09/02/2018 154,5 161,1
16/02/2018 155 160,9
23/02/2018 156 162,6
02/03/2018 159,8 167,7
09/03/2018 155,1 164,6
16/03/2018 157 165,1
23/03/2018 156 161,6
30/03/2018 156,5 162,9
06/04/2018 159 165,4
13/04/2018 157,7 164,1
20/04/2018 156,2 162,6
27/04/2018 157,7 164,4
04/05/2018 161,5 169,4
11/05/2018 158 165,9
18/05/2018 158 168,9
25/05/2018 165,4 175,6
01/06/2018 168,5 177
08/06/2018 167,5 178,0
15/06/2018 170 177
22/06/2018   172
29/06/2018   171
06/07/2018   185
13/07/2018   182
20/07/2018   189,5
27/07/2018   198,5
03/08/2018   216
10/08/2018   213,5
17/08/2018   210,5
24/08/2018   206
31/08/2018   199
07/09/2018   196
14/09/2018   195
21/09/2018   201
28/09/2018   197
05/10/2018   199
12/10/2018   199,50
19/10/2018   197.50
26/10/2018   195,50
02/11/2018   197
09/11/2018   197
16/11/2018   198.1
23/11/2018   198
30/11/2018   196,50
07/12/2018   197
14/12/2018   202
21/12/2018   202
28/12/2018   199,5
04/01/2019   202
11/01/2019    
18/01/2019    
25/01/2019    
01/02/2019    
08/02/2019    
15/02/2019    
22/02/2019    
01/03/2019    
08/03/2019    
15/03/2019    
22/03/2019    
29/03/2019    

Graphe de la semaine

Cours du blé tendre sur le marché mondial



colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Yolène Vayer

La météo défavorable en Amérique
du Sud profite au soja américain

Durant ces trois dernières semaines, les cours du soja n’ont cessé d’afficher des signaux verts. En effet, le marché de Chicago a connu un regain d’optimisme sur le conflit commercial entre les USA et la Chine en raison du retour de la Chine aux achats de soja US. Depuis la trêve commerciale entre Washington et Pékin, l’empire du milieu a passé des commandes à hauteur de 1,5 Mt à 2 Mt ce qui porte les ventes totales de soja américain à 5 Mt. Néanmoins, ce sont les derniers achats chinois enregistrés par le ministère de l’agriculture américain en attendant la prochaine réunion entre les deux parties, prévue la semaine prochaine à Beijing. Les Etats-Unis ont mis en place un « Shut down » des institutions fédérales en raison d’un désaccord sur le budget des administrations fédérales qui implique un blocage des informations sur les ventes hebdomadaires à l’export et compromet la publication du rapport de l’USDA initialement prévu le 11 janvier prochain. Pour autant, tout laisse penser que ces ventes soient importantes et permettent aux cours du soja de rebondir.

Par ailleurs, les conditions météorologiques en Amérique du Sud soutiennent également les prix du soja. En effet, au Brésil, les températures élevées inquiètent sérieusement les agriculteurs. Les pluies se font rares, bien que tombées dans le sud du pays, elles ne sont pas suffisantes pour pallier le déficit hydrique qui pénalise les cultures de soja. Cette situation remet en cause les prévisions record de la production du pays qui sont abaissées de 120 Mt à 117 Mt. De plus, les prévisions météorologiques n’annoncent pas d’amélioration pour les prochaines semaines avec des précipitations attendues en-dessous des normales de saison. En Argentine, à l’inverse, les pluies intenses actuelles pourraient profiter au développement des cultures.

Peu de nouveaux éléments sont à noter sur le marché de la graine de colza. Sur Euronext, après l’absence d’activité due aux fêtes qui ont fait chuter le marché, les cours se sont repris mais reste toutefois en deçà de son niveau de fin novembre (380 €/t). Du côté des échanges, le cumul des importations européennes de graines de colza s’établit à 2,17 Mt depuis le début de la campagne soit un niveau équivalent à la campagne précédente à la même date.

Après s’être dépréciée durant les deux derniers mois de l’année en raison des exportations en berne, les cours de l’huile de palme semble reprendre des couleurs grâce à la réduction des taxes à l’importation par l’Inde, gros importateur. De plus, la Malaisie a décrété depuis le 31 décembre l’incorporation d’une part plus importante d’huile de palme dans le biodiesel, passant de 7 % à 10 %, ce qui devrait soulager les stocks particulièrement importants et stimuler la demande.

Le mois de décembre a été marqué par l’effritement du prix du baril de l'or noir en raison de la hausse de la production brute de pétrole russe atteignant un niveau record. Néanmoins, les cours du pétrole sur le marché new-yorkais réussissent à rebondir en ce début d’année grâce notamment à des achats à bon compte. Cependant, les opérateurs restent indécis compte tenu d’une part des perspectives de la croissance mondiale qui restent ternes et d’autre part de la volonté de l’OPEP de limiter l’offre mondiale.

Le marché du tournesol en France reste toujours atone. En effet, toute l’attention se porte sur le début de la récolte en Argentine, dans les régions du Nord-Est du pays. En effet, la récolte argentine commence à exercer une pression sur les cours de l’huile FOB Argentine qui se situent à un niveau historiquement bas. Le marché de l’huile en Europe demeure également morose avec des prix affichés à Rotterdam à 675 €/t FOB. Cette situation est aussi visible en Ukraine du fait d’une production abondante. L’arrivée de la récolte argentine pourrait amener davantage de pression sur les prix.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017    
07/07/2017 368,5  
14/07/2017 367,5  
21/07/2017 366,5  
28/07/2017 364,25  
04/08/2017 367  
11/08/2017 371,5  
18/08/2017 371  
25/08/2017 370  
01/09/2017 369,5  
08/09/2017 365  
15/09/2017 367,25  
22/09/2017 368  
29/09/2017 369,5  
06/10/2017 370,5  
13/10/2017 370  
20/10/2017 366,5  
27/10/2017 368,5  
03/11/2017 377,25  
10/11/2017 366,5  
17/11/2017 379  
24/11/2017 374,25  
01/12/2017 367,75  
08/12/2017 365,5  
15/12/2017 357  
22/12/2017 353,25  
29/12/2017 347,75  
05/01/2018 357,75 359,5
12/01/2018 352,75 358,75
19/01/2018 342,75 347,75
26/01/2018 341 344,75
02/02/2018 348 346,75
09/02/2018 346,25 346,75
16/02/2018 347,5 347,25
23/02/2018 353,5 350,5
02/03/2018 358,25 354,25
09/03/2018 348,25 346,25
16/03/2018 348,75 346,25
23/03/2018 345,5 345,5
30/03/2018 346,25 346,25
06/04/2018 350,25 350,25
13/04/2018 348,25 348,25
20/04/2018 344,25 344,5
27/04/2018 345,5 345,5
04/05/2018 348,75 348,75
11/05/2018 353,5 353,5
18/05/2018 353 354
25/05/2018 363 351
01/06/2018 359,75 360,75
08/06/2018   351,75
15/06/2018   350,75
22/06/2018   352,25
29/06/2018   358,5
06/07/2018   359.75
13/07/2018   357.75
20/07/2018   358.5
27/07/2018   351,25
03/08/2018   366,5
10/08/2018   371
17/08/2018   378
24/08/2018   374,5
31/08/2018   374.25
07/09/2018   375,25
14/09/2018   368
21/09/2018   367.25
28/09/2018   372,25
05/10/2018   377
12/10/2018   372
19/10/2018   370,75
26/10/2018   371,50
02/11/2018   377.5
09/11/2018   378.5
16/11/2018   379
23/11/2018   371.5
30/11/2018   372.5
07/12/2018   374
14/12/2018   371.5
21/12/2018   367
28/12/2018   363
04/01/2019   367,75
11/01/2019    
18/01/2019    
25/01/2019    
01/02/2019    
08/02/2019    
15/02/2019    
22/02/2019    
01/03/2019    
08/03/2019    
15/03/2019    
22/03/2019    
29/03/2019    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 202N €/t janv./mars ;
NR : 185N juil./août ; 186N €/t oct./déc.
D. Beauce - BPMF : 193,5N €/t janv./mars

Orge

R. Rouen : 201N €/t janv./mars

Maïs

R. la Pallice /Bordeaux : 174N €/t janv./mars ;
175N €/t avril/juil. ; 177N €/t juil./sept.
Fob Rhin : 175N €/t janv./juin

Oléagineux


Colza

Rendu Rouen : 364,75 €/t janv./mars (var. -2,75 €/t)
Fob Moselle : 367,75 €/t avril/juin (var. -3,75 €/t)

Tournesol

Rendu Saint-Nazaire : 305 €/t janv./mars (var. 0,0 €/t)
Rendu Bordeaux : 300 €/t avril/juin (var. 0,0 €/t)

Huiles Végétales

Colza - Rotterdam : 798 $/t janv. (var. -33,0 $/t)
Soja - Rotterdam : 625 $/t janv. (var. -20,0 $/t)
Tournesol - Fob Nord Europe : 675 $/t janv. (var. -8,0 $/t)
Palme brute - CAF Rotterdam : 518 $/t anv. (var. +42,5 $/t)

Tourteaux

Colza - Départ Rouen : 245 €/t janv.
Colza - Départ Grand-Couronne : 243 €/t janv.
Tournesol - Départ Montoir : 227 €/t janv.
Soja 48% Brésil - Départ Montoir : 331 €/t janv.

 

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 46,52 $/baril (var. -5,9 $/baril)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,14 $ (var. +0,01)

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 4 janvier variation*
Blé tendre, mars 206,00 -1,50
Maïs, mars 180,75 2,00
Colza, février 365,75 -3,75
Huile de Colza, mars 698,50 0,00
Tourteaux de Colza, décembre 227,00 0,00

 

 CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 4 janvier variation*
Blé tendre, mars 165,55 -8,75
Maïs, mars 131,10 -2,76
Soja, mars 294,16 -5,14
Huile Soja, janvier 544,96 -17,50
Tourteaux de Soja, janvier 302,36 1,42

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 4 janvier variation*
Canola, mars 319,02 0,21

* les variations sont calculées par rapport à la cotation de la semaine précédente

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-30/12
Cumul France
01/07-30/12
Blé tendre 8 026 005 4 021 484
Farine BT (val. prod.) 231 790 24 754
Blé dur 270 308 79 319
Orge 2 596 355 1 198 594
Maïs 914 140 65 120

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-30/12
Cumul France
01/07-30/12
Blé tendre 2 393 111 2 690
Farine BT (équiv. grain) 18 905 4 444
Blé dur 505 273 47
Maïs 11 309 095 34 502
Sorgho 274 588 3

Source : Commission Européenne, DG TAXUD

port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

Rouen

465 845 t ont été chargées et déchargées
du 13 décembre 2018 au 2 janvier 2019, dont :
 

Exportations : 442 195 t

  • Orge fourragère : 88 254 t (Lybie : 67 254 t ; Turquie : 10 000 t ;
    Chypre : 11 000 t)
  • Blé tendre : 284 133 t (Maroc : 65 000 t ; Algérie : 179 133 t ;
    Cuba : 26 000 t)
  • Colza : 26 050 t (Royaume-Uni : 6 600 t ; Belgique : 19 450 t)
  • Tourteaux de luzerne : 2 800 t (Norvège)
  • Tourteaux de colza : 8 658 t (Irlande : 6 007 t ; Espagne : 2 651 t)
  • Malt : 9 000 t (Nigéria : 4 000 t ; Brésil : 5 000 t)
  • Sucre vrac : 20 000 t (Syrie : 15 000 t ; Liban : 5 000 t)
  • Son et issues : 3 300 t (Norvège)

Importations : 23 650 t

  • Son de blé/transbo : 4 900 t (Angola)
  • Pois jaune : 4 000 t (Suède)
  • Féverolle fourragère : 2 750 t (Royaume-Uni)
  • Soja : 12 000 t (Brésil)

 


 


La Pallice

175 350 t ont été chargées
du 13 décembre 2018 au 2 janvier 2019, dont :

  • Blé vrac : 93 450 t (Espagne : 4 650 t ; Finlande : 3 500 t ;
    Italie : 10 000 t ; Portugal : 6 000 t ; Sénégal : 31 000 t ;
    Guadeloupe : 9 500 t ; Guinée : 25 500 t ; Angleterre : 3 300 t)
  • Orge vrac : 78 150 t (Arabie-Saoudite : 66 000 t ; Espagne : 4 000 t ; Portugal : 3 850 t ; Pays-Bas : 4 300 t)
  • Maïs vrac : 3 750 t (Espagne)