S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°24 - Vendredi 05 juillet 2019

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Statistiques & Références

Rubriques
bandeau-cic-2019

CIC - Rapport sur le marché



27 juin 2019

FAITS SAILLANTS

Les prévisions de production toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) en 2018/19 sont majorées de 5 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 2.142 millions, essentiellement du fait des révisions à la hausse pour les moissons de maïs rentrées en Amérique du Sud et en Afrique du Sud. Comme la consommation n’affiche qu’une modeste hausse par rapport au mois dernier, les perspectives de stocks de clôture sont relevées d’environ 2 millions de tonnes, à 619 millions, un repli de 26 millions sur un an. Le chiffre des échanges fait 2 millions de tonnes de plus que le mois dernier, à 368 millions (369 millions l’année précédente), principalement en lien avec des importations de maïs plus fortes que prévu par le Canada, l’UE, la Turquie et la Chine.

La projection de production totale de céréales en 2019/20 est rognée de 21 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 2.156 millions (+1 % d’une année sur l’autre), essentiellement du fait d’un début difficile du cycle de végétation pour le maïs américain. En raison des révisions formulées pour l’Inde, l’UE et l’Ukraine, les prévisions de production de blé font 3 millions de tonnes de plus d’un mois sur l’autre, à un chiffre record de 769 millions (+5 % d’une année sur l’autre). Avec des disponibilités moindres et une réduction de la demande (-5 millions de tonnes, surtout pour l’alimentation animale/usages résiduels), le total des stocks de céréales à la fin de 2019/20 est placé en repli de 14 millions sur le mois dernier, à 588 millions (-5 % d’une année sur l’autre). L’essentiel du changement par rapport au mois de mai est lié à une perspective plus tendue pour les inventaires de maïs aux Etats-Unis. Les échanges font 1 million de tonnes de plus que le mois dernier car des prévisions accrues d’expéditions de maïs et de blé sont en partie absorbées par une contraction des perspectives pour le sorgho.

Les estimations de production mondiale de soja en 2018/19 sont placées à un record de 363 millions de tonnes. Comme le total de l’utilisation est rogné d’un mois sur l’autre, les stocks sont estimés en légère hausse, à un pic de 54 millions de tonnes, un quart de plus que l’an dernier. Jugés plus ou moins stables par rapport au mois de mai, les échanges devraient reculer de 1 % d’une année sur l’autre. Principalement du fait d’une détérioration aux Etats-Unis, où les conditions météo ont été très difficiles pour les cultures, la production mondiale en 2019/20 est hypothétiquement estimée reculée de 9 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 349 millions, en repli de 4 % d’une année sur l’autre. Le repli des disponibilités d’un mois sur l’autre est essentiellement imputable à une contraction des perspectives d’inventaires ; à 45 millions de tonnes, les stocks de report pourraient se contracter d’un cinquième d’une année sur l’autre, mais tout de même légèrement au-dessus de la moyenne. Les échanges sont placés à 152 millions de tonnes, en légère hausse sur l’an dernier.

Les prévisions du Conseil pour l’offre et la demande de riz en 2018/19 ne sont guère changées depuis le mois dernier. Les échanges sont placés à 46 millions de tonnes, avec des baisses chez les principaux exportateurs qui font contraste avec une hausse des expéditions de la Chine, lesquelles sont étayées par la demande africaine de variétés à grain long. La projection d’échanges mondiaux en 2020 marque un léger repli d’un mois sur l’autre, à 47 millions de tonnes (+1 million d’une année sur l’autre), car on s’attend à une baisse des achats chinois.

Soutenu par les incertitudes qui planent sur les perspectives de production dans certaines régions, l’Indice des céréales et des oléagineux du CIC (GOI) a augmenté de 2 % depuis le dernier GMR, principalement du fait des gains des prix moyens à l’exportation du maïs (+6 %) et du blé (+2 %).

Lire la suite