S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°24 - Vendredi 05 juillet 2019

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques
bandeauve

démonstration de matériel



Une centaine de personnes autour
des outils inter-ceps…

Jeudi dernier, malgré les chaleurs caniculaires, la coopérative Terre Atlantique organisait un après-midi avec la démonstration de matériel de travail du cavaillon.
Cette méthode alternative à la chimie pour l’entretien du sol sous le rang est plus que jamais d’actualité avec les évolutions réglementaires à venir et la volonté de réduire le désherbage chimique.

Au cours de cette demi-journée, une bonne centaine de personnes se sont réunis à Barreau (commune de Saint Hilaire de Villefranche – 17) pour assister à la démonstration de 18 outils. Un large panel de matériel a pu être présenté de la décavaillonneuse, à l’outil rotatif en passant par les lames bineuses et la machine à désherber à fils. Ces mises en situation ont permis à chaque viticulteur de se faire une opinion précise sur les outils potentiellement les plus adaptés à leur vignoble.
Cet évènement a été l’occasion d’échanger dans la convivialité sur un sujet en cours de développement au sein de notre vignoble charentais.

Merci aux adhérents présents malgré la chaleur qui ont fait de cette journée un bel évènement, merci à Nicolas FIGEAC de la FDCUMA des Charentes pour son travail concernant le matériel, merci aux constructeurs et marchands de matériel pour leur présence et merci particulièrement aux viticulteurs qui ont mis à disposition leurs parcelles pour mettre en place cette démonstration et pour leur forte implication.

Jean-Luc Château, Cécilia Cantin
et Philippe Gauthier

Une équipe de trois spécialistes vigne à proximité des viticulteurs, leur apportant le conseil technique sur l’approvisionnement en palissage, la protection du vignoble et de la fertilisation.

EUREDEN



          

Le calendrier de réalisation d'Eureden se précise

Le 31 janvier 2019, nous annoncions le nom de notre futur groupe coopératif, Eureden, issu du rapprochement des groupes d’aucy et Triskalia. Depuis lors, nous avons franchi de nombreuses étapes et poursuivi avec enthousiasme nos travaux en mode co-construction, pour bâtir notre ambitieux projet de groupe agroalimentaire ancré en Bretagne et rayonnant à l’international.

Le 21 juin 2019, lors de l’ Assemblée Générale de Triskalia à Pacé, Georges Galardon, Président de Triskalia et Dominique Ciccone, Directeur Général, ont fait un point sur l’avancement du projet Eureden et dressé un bilan de l’année écoulée pour le groupe Triskalia.
De son côté le groupe d’aucy, qui clôture ses comptes au 30 juin, n’a pas convoqué d’Assemblée Générale mais Serge le Bartz, Président et Alain Perrin, Directeur Général, ont invité les adhérents à se retrouver le 28 juin à Ploërmel pour échanger sur l’avancement du projet Eureden.

L’Autorité de la Concurrence (ADLC) devrait autoriser notre projet en juillet. Durant l’automne nous finaliserons la préparation de notre rapprochement et de notre future organisation, tant professionnelle (agriculteurs) qu’opérationnelle (salariés).

Le démarrage de notre future Union sera effectif à compter du 1 er janvier 2020. La fusion des coopératives interviendra quant à elle comme prévu au 1er janvier 2021 .

D’ici là, nos coopératives restent mobilisées pour la réussite de ce projet ambitieux, porteur d’avenir et fortement structurant pour l’économie bretonne.

KWS cède ses parts

de Razès hybrides à ARTERRIS



ARTERRIS a pris le contrôle total de Razès Hybrides depuis le 1er juillet 2019.

Le semencier Allemand KWS et la Coopérative ARTERRIS avaient décidé, il y a plus de 25 ans, de s’associer afin d’effectuer ensemble des productions de semences de maïs sur le territoire de la coopérative (Les greniers du Razès, à cette époque).

Depuis cette création, l’Entreprise RAZES Hybrides est détenue à 51% par KWS (basée à Einbeck en Basse Saxe) et à 49% par Arterris. La gestion de l’outil industriel est effectuée par les deux parties.

KWS a décidé de céder les parts qu’elle détient dans Razès Hybrides, et a tout naturellement proposé cette transaction à ARTERRIS, qui a accepté d’en devenir propriétaire à 100 %.
Ceci aura pour objectif de compléter le dispositif Semences d’ARTERRIS, 1ère coopérative productrice de Semences certifiées en France.

Pour ARTERRIS cette acquisition est la traduction de la stratégie du groupe sur le métier de la semence à savoir fixer de la valeur sur le territoire au travers des contrats de production et des outils industriels pour nos adhérents.

La collaboration avec KWS depuis 25 ans au travers de ce partenariat a permis de construire un outil industriel qui permet de satisfaire les attentes des marchés, de la production au conditionnement des doses.

KWS et ARTERRIS ont également décidé de poursuivre leur partenariat à long terme dans la multiplication des semences de différentes espèces, principalement le maïs.

Cette coopération à long terme va renforcer le partenariat entre les deux entreprises.

Site internet Arterris : https://www.arterris.fr/
Site internet KWS : www.kws.fr

GeoInsecta




Traquer la pyrale du maïs pour mieux
la contrer

Après un lancement réussi et toujours plus d’utilisateurs, GeoInsecta, l’outil innovant de suivi et de partage des vols de ravageurs dans les cultures ouvre son usage à la pyrale du maïs.

Anticiper les vols de pyrales

Application participative par excellence, GeoInsecta affiche plus de 1000 utilisateurs, que ce soient des professionnels ou des jardiniers amateurs. Son développement a fait croître l’intérêt d’une version réservée aux professionnels leur permettant de suivre des ravageurs spécifiques à leurs cultures ou de faire des suivis dans des environnements spéciaux. « Les problématiques de suivi des ravageurs par les agriculteurs sont différentes de celles des jardiniers amateurs. Les maïsiculteurs ont besoin d’un système fiable et réactif qui les alertera lors de l’arrivée des premiers vols de pyrales du maïs, mais également d’être en mesure de prédire les vols en observant les chrysalidations dans les résidus de culture de la semaine précédente. », explique Sébastien Rousselle, responsable marketing biosolutions.

Ainsi, l’application présente désormais des cultures réservées aux professionnels, telles que le maïs ou la vigne, munies d’un accès restreint via un code personnel. « Il suffit de demander un code d’accès à son conseiller technique Bioline Agrosciences pour pouvoir profiter du service », détaille Sébastien Rousselle. Les informations recueillies seront précieuses pour aider les agriculteurs à positionner parfaitement les interventions de protection contre les ravageurs du maïs, en ciblant les stades où l’efficacité est maximale. « Notre modèle expert de prévision des dates de lâcher des trichogrammes sera accru en précision et la communication de ces dates directement auprès des utilisateurs les aidera à préparer l’organisation de l’application », ajoutet- il.

Un système souple et évolutif

L’application ciblera aussi bien les cultures de plein champ que les cultures sous serres. Le système est très souple : en cas de besoin, il est possible d’ajouter un nouveau ravageur en en faisant la simple demande auprès de Bioline Agrosciences.
Il sera également désormais possible de définir ses insectes favoris de façon à ne recevoir des alertes que pour ceux qui intéressent l’utilisateur. Outil désormais incontournable de la lutte alternative de précision, GeoInsecta se dotera dans les prochains mois de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux ravageurs !

A télécharger gratuitement sur Google Play ou Apple Store.