S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques

Moulin DECOLLOGNE



La filière Blé farine bio de Bourgogne France-Comté se structure

Les Coopératives de Bourgogne Franche-Comté en accord avec la société NICOT MEUNERIE, ont décidé de donner un nouvel élan au Moulin DECOLLOGNE Aiserey (21 110), moulin spécialisé dans les farines à base de blés et céréales biologiques*.

A la suite d’une augmentation de capital de 2 millions d’euros et d’un aménagement des statuts, Jean-Philippe NICOT, Président de NICOT MEUNERIE, prendra la présidence et assurera la Direction Générale de la nouvelle entité dès le 1er janvier 2020. Les Coopératives se répartiront 51% du capital, NICOT MEUNERIE montant à 49%.

NICOT MEUNERIE, acteur reconnu en Bourgogne Franche-Comté, Auvergne Rhône- Alpes et région PACA, apportera au Moulin DECOLLOGNE Aiserey toutes ses compétences en matière d’achat de blé, de gestion de la qualité et du process de mouture mais aussi en matière de développement commercial auprès de tous les segments de clientèles : boulangeries artisanales spécialisées, GMS, industries utilisatrices et revendeurs.

UNE FILIÈRE DURABLE D’EXCELLENCE

Les Coopératives accompagnent depuis plusieurs années le développement de l’agriculture biologique en Bourgogne Franche-Comté**, de l’expérimentation (plateformes d’essais spécialisées bio) jusqu’à la collecte dans des silos dédiés en passant par le conseil technique aux agriculteurs adhérents AB ou en phase de conversion.

Ce travail sera désormais valorisé par le Moulin d’Aiserey avec la nouvelle Direction mais également par des investissements.

En effet, le Moulin d’Aiserey bénéficiera d’investissements d’un montant de 1,5 millions d’euros permettant d’augmenter la capacité de stockage de blé, l’aménagement du laboratoire, la conduite des analyses à réception, l’amélioration du nettoyage des blés ainsi que du fonctionnement du moulin, tant cylindres que meules. Le stockage et le mélange des farines feront aussi l’objet de la plus grande attention. Tout cela dans une optique d’une meilleure maîtrise de la qualité et de son amélioration, ainsi que d’une meilleure productivité.

Tous ces acteurs, Céréaliers bio, leurs Coopératives et NICOT MEUNERIE, souhaitent faire du Moulin d’Aiserey un véritable outil structurant pour la construction d’une filière blé farine bio d’excellence en Bourgogne Franche-Comté. Cela passera donc par le choix des variétés, la mise en place de techniques de culture en accord avec le moulin, le travail d’allotement au silo, l’évaluation de la qualité des blés à réception du moulin et la maîtrise du process de mouture. C’est donc toute une filière durable autour d’une production et d’une transformation locale qui sera au service des producteurs mais aussi des clients transformateurs, que ce nouveau partenariat entre NICOT MEUNERIE et les Coopératives régionales contribuera à développer.

Le Moulin DECOLLOGNE Aiserey sera donc doté de toutes les capacités possibles pour se développer sur les marchés de la boulangerie artisanale, des industries utilisatrices, des GMS et de clients meuniers sur le secteur Bourgogne Franche-Comté, Rhône-Alpes et région PACA.

* DECOLLOGNE a écrasé près de 20 000 Tonnes de blés bio en 2020.

** 1 045 exploitations agricoles ont produit des céréales bio en Bourgogne Franche-Comté en 2018, dont 425 spécialisées en grandes cultures (+ 48% par rapport à 2017) sur plus de 43 000 hectares dont 23 000 en reconversion. Pour 2018 / 2019, on attend une augmentation des surfaces de 37%.

Site internet : https://decollogne.fr/

Le groupe InVivo s’engage

dans la transition agricole et alimentaire



L’exercice 2018-19 confirme la bonne dynamique du plan 2025 qui s’achève avec 5 ans d’avance. Le groupe InVivo réalise un chiffre d’affaires de 5,2 milliards d’euros. Ses fonds propres, qui atteignent 1,1 milliard d’euros au 30 juin 2019, ont plus que doublé en cinq ans. Une situation très favorable pour aborder l’avenir et engager une nouvelle phase de croissance, alors que le groupe dévoilera son nouveau plan stratégique 2030 by InVivo lors de sa convention du 18 décembre.

Ce plan, qui s’inscrit naturellement dans la continuité du plan 2025, poursuit un objectif majeur : conduire la transition agricole et alimentaire qui s’impose, pour les coopératives, les agriculteurs et les consommateurs. Pour cela, InVivo a déterminé cette année sa raison d’être, renforcé sa politique RSE, défini la 3ème voie de l’agriculture portée par sa filiale Bioline, et mis en place un projet digital phare pour les coopératives : la plateforme Aladin.farm.

Un socle de financement solide pour le développement du groupe et de ses métiers

2018-2019 est une année de transition pour InVivo. Comme annoncé l’an dernier, le groupe a initié un grand programme de transformation de son modèle économique en réinvestissant dans ses métiers stratégiques, pour la modernisation d’une agriculture plus positive et compétitive.

Le groupe est aujourd’hui bien positionné pour engager une nouvelle phase de croissance. Son chiffre d’affaires, qui s’élève à 5,2 milliards d’euros, est stable. Le résultat net de l’ensemble consolidé est de 347,7 millions d’euros au 30 juin 2019 (incluant la plus-value de la cession de Neovia). Ce chiffre témoigne d’une performance opérationnelle et financière solide, en particulier sur les périmètres Bioline et Retail. Bioline Group est porté par la croissance organique en France et à l’international. Sur l’activité InVivo Retail, les résultats de Jardiland acquis fin septembre 2018 et les premières synergies attendues du rapprochement avec Gamm vert sont au rendez-vous.

Les fonds propres du groupe atteignent 1,1 milliard d’euros sur cet exercice, ayant plus que doublé en cinq ans. La dette nette au 30 juin 2019 est en situation de trésorerie nette positive à hauteur de - 174,9 millions d’euros, contre un endettement net de + 511,5 millions d’euros au 30 juin 2018. Le ratio de levier est ainsi de - 1.7 contre 3.1 au 30 juin 2018. Cette situation, très favorable pour aborder l’avenir, assure un socle de financement solide pour le développement du groupe et de ses métiers.

Les principales réalisations de l’exercice 2018-19

Sur cet exercice, les principales opérations réalisées sur les différents pôles d’activité ont été très structurantes. Sur les métiers des grains, la création de Grains Overseas en partenariat avec les groupes coopératifs Axéréal et NatUp est un premier pas vers le renforcement de la filière export du blé français.

En rachetant Jardiland et Bio & Co, InVivo Retail a investi pour consolider sa position de leader en jardinerie mais aussi pour développer un pôle de distribution alimentaire de proximité qui privilégie les produits bio et locaux.
Sur les métiers de l’agriculture, le plan 2025 by InVivo affichait l’ambition de devenir un leader du biocontrôle et de l’agrodigital. Bioline by InVivo a franchi cette année un palier important en biocontrôle avec la création de Bioline Iberia en Espagne et la reprise de l’activité biocontrôle de Sweet Briar aux États-Unis. Bioline compte maintenant parmi les acteurs mondiaux de ce marché.

Quant à la création d’InVivo Digital Factory et le lancement de la plateforme Aladin.farm, cela marque également une accélération de la digitalisation de l’agriculture.

Enfin, InVivo Wine a été réorganisé et structuré sur la partie export en reprenant le management en direct des filiales américaine et asiatique de Vinadeis.

Cet exercice marque le terme du plan 2025 et l’entrée d’InVivo dans une nouvelle phase de croissance et de transformation. L’année 2019 a été consacrée à l’écriture du plan stratégique 2030 by InVivo avec le conseil d’administration, les collaborateurs et l’ensemble des parties prenantes du groupe. Le défi à relever reste le même : être en capacité de nourrir plus de 9 milliards d’habitants en 2050 en quantité et en qualité, tout en préservant les ressources naturelles.

« Le plan stratégique 2030 by InVivo confirme le virage stratégique pris par le groupe. Aujourd’hui plus que jamais nous devons accompagner la transition écologique et technologique de nos activités, pour que la production agricole devienne un levier majeur pour lutter contre le changement climatique. L’agriculture, la viticulture et le jardinage font partie des solutions qui permettront de réduire le réchauffement climatique et d’enrayer le déclin de la biodiversité, via leur impact positif sur le stockage de carbone, la qualité des sols et la préservation de la biodiversité. En structurant notre politique RSE et en investissant dans les nouvelles technologies et les innovations nous apporterons des solutions qui permettront de réaliser ce qui, aujourd’hui, semble impossible. En mettant l’intelligence alimentaire au service des coopératives et des agriculteurs, nous allons démontrer que l’on peut produire plus et mieux avec moins d’intrants et répondre aux aspirations des citoyens. » affirme Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo.

InVivo affiche sa raison d’être et renforce sa politique RSE au service de l’intérêt collectif

Comme annoncé l’an dernier, 2019 aura permis de définir la raison d’être du groupe et de ses métiers, dans l’objectif de transformer progressivement en sociétés à mission la holding InVivo Group et l’ensemble de ses filiales. La raison d’être d’InVivo est de fédérer les coopératives pour transformer durablement l’agriculture et assurer la qualité alimentaire, en France et dans le monde. InVivo relevé ce challenge grâce à des solutions innovantes et responsables, au bénéfice des agriculteurs et des consommateurs. À travers son action, InVivo défend et transmet le sens et les valeurs coopératives de ses membres.

InVivo, qui a le statut singulier et unique en France d’Union nationale de coopératives agricoles, réunit 201 coopératives sociétaires, ce qui représente plus de la moitié des agriculteurs de France. A ce titre, ses responsabilités l’engagent bien au-delà de ses propres activités. Pour Thierry Blandinières : « l’ambition d’InVivo est de participer à la transformation de la société. L’agriculture se situe au cœur des grands enjeux mondiaux contemporains et le statut de société à mission est une opportunité pour notre groupe de concilier profitabilité et objectifs sociaux impactants, d’associer nos valeurs coopératives à une définition de l’entreprise en cohérence avec les défis contemporains. »

Ainsi, la Responsabilité Sociale de l’Entreprise a été intégrée comme levier de performance dès le plan stratégique 2025 by InVivo. Moteur de développement et d’innovation elle innerve l’ensemble des activités du groupe en poursuivant un objectif de triple performance systématique - économique, sociale et environnementale. Le projet 2030 by InVivo accentue encore cet engagement. InVivo a publié cette année pour la première fois sa déclaration de performance extra-financière. Le travail réalisé à cette occasion, notamment l’analyse de matérialité, a permis de déterminer les enjeux prioritaires pour InVivo, de définir des indicateurs de progrès, de formaliser la politique RSE et de la redéployer de manière plus structurée.

Plus d'informations

Retour sur l’Assemblée Générale



L’Assemblée Générale de VALFRANCE, qui s’est déroulée le 8 janvier 2020, a connu un franc succès, en rassemblant plus de 400 personnes, dont plus de 200 sociétaires, ce qui est pour nous un véritable motif de satisfaction.     

Les jeunes sont venus également nombreux, ce qui nous conforte dans la fidélité et l’intérêt qu’ils portent à leur coopérative ! Nos partenaires ont aussi répondu présent avec un parterre de très grande qualité : de nombreux Présidents et Directeurs Généraux de coopératives voisines et amies, clients, banquiers, assureurs et autres fournisseurs de VALFRANCE.

L’objectif de cette nouvelle Assemblée Générale était d’être proche du terrain et des préoccupations de nos sociétaires, d’où les deux tables rondes : les enjeux de notre territoire & décryptage de l’actualité agricole, pragmatiques, pour apporter des réponses concrètes, et surtout des solutions, à toutes nos préoccupations.

A ce titre nous remercions tous les intervenants qui ont animé cette Assemblée Générale : Mr Manterola (DRIAAF), Mr RAY (CORTEVA), Mme Lemoine (EASI’NOV), Mme Salmon (EASI’NOV), Mr Garnier (VALFRANCE), Mr Verger (VALFRANCE) et, bien entendu, nos deux grands témoins magistraux : Emmanuelle Ducros (Journal l’OPINION) et Samuel Vandaele (Sociétaire VALFRANCE et Président des Jeunes Agriculteurs - National).

Lors de cette Assemblée, le Président Grison a réaffirmé que VALFRANCE a continué cette année sa politique de rémunération la plus élevée possible de ses prix moyens. Un seul exemple : le blé à été rémunéré cette année en prix moyen médian plus de 177€/t, départ ferme, base juillet.

Les résultats du Groupe VALFRANCE sont bons et induisent d’excellents ratios financiers : 65 M€ de Fonds Propres, 11,6 M€ de dettes financières nettes, 6,5 M€ d’EBITDA => Leverage = 1,8 & Gearing = 0,19 ce qui nous a permis de redistribuer 53% du résultat annuel, tout en confortant l’assise financière de l’entreprise ; condition nécessaire d’un développement pérenne et autonome.

Une Assemblée Générale qui fera date, tant par son format (mettre l’actualité au cœur du débat),  que par sa date (au mois de janvier pour permettre à nos sociétaires de venir plus facilement), par ses nouveautés, mais également et surtout par son affluence !

Merci à toutes et tous et à l’année prochaine !

D’ici là, comme l’ont indiqué le Président Christophe Grison ainsi que le Directeur Général Laurent Vittoz, nous vous souhaitons une excellente campagne et de très bons prix !

Site internet : http://www.valfrance.fr/