S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°37 - Vendredi 12 octobre 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Edito

d'Anne-Laure Paumier


Mardi 9 octobre le colloque « insectes des grains, vers la lutte intégrée au stockage » organisé par Arvalis, Institut du végétal a rassemblé près de 220 participants.

De nombreux collecteurs, mais aussi quelques agriculteurs, clients, fournisseurs et prestataires de services, étaient rassemblés ce mardi autour de ce sujet crucial de la conservation des grains. Les coopératives, avec plus de 40% des participants, étaient particulièrement bien représentées. L’occasion de découvrir les derniers résultats d’Arvalis, de Terre Innovia, de FranceAgriMer, de l’INRA et d’écouter les enseignements de Yann Cielsa sur les insectes de stockage et des témoignages de collecteurs.

Les exposés ont permis de mieux comprendre les insectes qui attaquent les grains, les raisons de leur présence et les moyens de surveillance des installations de stockage. Ils ont également permis d’appréhender le concept de « la lutte intégrée » qui repose sur une combinaison de solutions techniques, dont le traitement chimique par insecticides de synthèse « en dernier recours ». Et bien sûr, la ventilation qui reste au cœur des itinéraires de « lutte intégrée » contre les insectes, bien connue et maîtrisée par de nombreux opérateurs. Il importe toutefois sans cesse de se questionner pour améliorer nos pratiques, les reconsidérer dans le nouveau contexte règlementaire, sociétal et climatique d’aujourd’hui, et de demain.

Les différentes interventions ont mis en évidence que les nouvelles attentes et contraintes nous obligent à la performance dans le pilotage de la conservation des grains. Cela passe, par la connaissance des insectes de stockage, leur comportement et les conditions propices à leur développement, par la vigilance dans leur détection, par la maîtrise de nos installations de ventilation et leur adéquation aux contraintes climatiques. Pour ce faire, le diagnostic en ligne Ventiweb que sera prochainement mis à disposition de la filière gratuitement sera fort utile pour adapter ses installations.

La lutte contre les insectes, comme nous l’a exposé Nicolas LECAT d’Agribio Union nous conduit à repenser les installations des silos autour de cette préoccupation, à revisiter nos fonctionnements au maillon collecte. Comment intégrer cette nécessité de nettoyer les locaux au mieux en permanence, de pouvoir accéder aux points critiques favorables au développement des insectes et mettre en œuvre des contrôles réguliers de l’état du grain et une silothermométrie efficace et fonctionnelle ? Comment nettoyer tous les grains à la réception, voire envisager des transilages et nettoyages supplémentaires pour supprimer des populations d’insectes alors que nos investissements ont été pensés et optimisés pour gérer des volumes importants et une logistique tendue, et notamment pour réceptionner le grain de plus en plus rapidement, sur des périodes de plus en plus réduites en raison des évolutions des chantiers de moisson ?  Investir aussi dans la formation et la sécurité du personnel et des agents de terrain pour veiller au grain.

Il apparait évident qu’il est préférable de prévenir plutôt que guérir tellement le défi de la désinsectisation est complexe. Cela, tout collecteur le sait et c’est bien évidemment un objectif majeur. 

Ce qui change fondamentalement par contre c’est de vouloir, ou devoir, se passer des insecticides chimiques qui constituent jusqu’alors une sorte d’assurance tout risque bien confortable pour le producteur, le collecteur, le transporteur et l’utilisateur. Ne pas pouvoir se dire, en dernier recours, que l’on pourra intervenir avec un insecticide chimique est une vraie gageure, impossible à imaginer avec les solutions d’aujourd’hui pour l’ensemble de la collecte de grains.

C’est un changement important dans la manière d’appréhender la conservation. Cela implique de redoubler de vigilance dans la prévention et l’anticipation, à tous les maillons de notre filière. Cela nous conduit aussi à nous interroger sur nos critères et nos habitudes d’hier en termes de commercialisation et nos relations en filière.  

Si anticipation et surveillance sont les maîtres mots, dans la pratique, on sait bien que des solutions curatives seront toujours nécessaires.

Le colloque a donc été aussi l’occasion de découvrir des essais qui ont été conduits sur différentes solutions alternatives aux insecticides telles que l’utilisation de fortes températures, du nettoyage, les poudres inertes, et même des solutions innovantes à base d’huiles essentielles.  

L’enjeu est de mettre en musique ces solutions, en les combinant efficacement en fonction de chaque situation. En retrouvant des équilibres économiques pertinents car qui dit combinaison de solution, dit aussi augmentation des interventions et des coûts sur chaque tonne stockée.

C’est pour aller dans ce sens que le « Contrat de solutions – une trajectoire de progrès pour la protection des plantes », porté par plus de 40 partenaires du secteur agricole, a construit sa fiche 34 consacrée à la lutte intégrée contre les insectes.

Tous ces travaux nous ouvrent des perspectives et de nombreux questionnements et défis, tant techniques qu’économiques que nous ne manquerons pas de relever et de travailler, avec les coopératives, au sein de métiers du grain et avec nos partenaires de la filière.

Anne-Laure PAUMIER

bandeau-marches

Les marchés

Analyse et conjoncture

Le cours du blé reste bien orienté, celui du maïs
est toujours sous pression


Inquiétude pour la prochaine récolte de colza en Europe

Actualités de la filière

La Coopération Agricole au SIAL - Paris 2018


FranceAgriMer - Conseil spécialisé pour la filière céréalière
du 10 octobre 2018


FOP - Nouvelle signalétique unique sur les carburants
dans l’Union européenne

Statistiques & Références

FranceAgriMer - Bilan de la campagne commerciale 2018/2019


Agreste - Infos rapides Climatologie


Agreste - Infos rapides Grandes cultures


FranceAgriMer - Imports-Exports


FranceAgriMer - Fabricants d’aliments du bétail


Malteurs de France publie sa plaquette
Qualité des Orges de Brasserie Françaises 2018

Carnet


Chrystele Ivins, nouvelle Directrice de la communication
et influence d'Axéréal

Informations adhérents

Loi EGAlim : séparation conseil/vente et mise en œuvre des 3R


Gaëtane le Breuil rejoint l'équipe de Coop de France
métiers du grain


Les mesures fiscales du Projet de loi de finance pour 2019


Evolution du régime de la RPD

connexion

Vie des entreprises


Sénalia reprend les parts de MAGESTIV, détenues par Invivo Grains

Formation


Agro-parcours - La responsabilité sociétale des entreprises

Agenda

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation organise
les « 1ers trophées de la bioéconomie »


Colloque HCCA


Coop de France Nutrition Animale - Convention 2018


69ème Journées Techniques des Industries Céréalières


Coop de France Hauts-de-France, AgriLab et UniLaSalle
Colloque "Coopérer pour innover en Nord Bassin Parisien"


Les Rencontres OléoPro, accélérateur de solutions

Offres d'emplois

Congrès 2018

de la coopération agricole