S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°10 - Vendredi 15 mars 2019

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Actualités de la filière

Rubriques

développer une filière bio-GNL



Primagaz, InVivo et Cryo Pur se mobilisent pour développer une filière bio-GNL dans les territoires : une solution vertueuse sur le plan écologique et bénéfique sur le plan économique.

Chiffres clés :

  • Les transports routiers de marchandises représentent 42 % des émissions de gaz à effet de serre du transport routier.
  • Le bio-GNL carburant permet une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 88 % par rapport au gazole routier, tout en assurant une autonomie aux poids lourds de plus de 1500 km avec un plein.

En mars 2018, dans le cadre du plan de libération des énergies renouvelables, le Ministère de la Transition écologique et solidaire s’est prononcé en faveur du développement d’une filière biométhane dédiée à la mobilité pour contribuer à décarboner les transports. Convaincus de la pertinence du développement d’une filière renouvelable et bas carbone de gaz naturel liquéfié (bio-GNL) carburant, Primagaz, InVivo et Cryo Pur se sont associés pour évaluer l’impact de la filière bio-GNL et ses bénéfices sociaux, économiques et environnementaux dans les territoires.

Le rapport, réalisé par Enea Consulting (société indépendante de conseil en stratégie dédiée à la transition énergétique et environnementale), illustre que le développement d’un nouvel usage direct local du biométhane, en particulier lorsqu’on est loin du réseau de gaz et en complémentarité de ce dernier, permet de concilier l’exigence écologique de transports plus propres avec une démarche d’économie circulaire. A l’instar du biométhane injecté dans le réseau, l’émergence de la filière bio-GNL carburant suppose la mise en place d’un mécanisme de soutien adapté.

Quels sont les enseignements de cette étude ?

1/ Le bio-GNL carburant est une solution disponible dès aujourd’hui pour répondre au besoin
urgent de décarbonisation du secteur des transports lourds de marchandises :

  • le bio-GNL carburant, distribué physiquement sous forme liquide dans des stations hors réseau de gaz naturel, permet une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 88 % par rapport au gazole routier. En 2030, cette filière permettra alors d’éviter jusqu’à 2,3 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an par rapport au gazole routier ;
  • le bio-GNL carburant se positionne sur un marché en forte croissance : les véhicules GNV représentent déjà 2,5 % des nouvelles immatriculations de poids lourds, et ils représenteront 10% des poids lourds en 2030 ;
  • le développement d’une filière bio-GNL carburant, complémentaire à la valorisation du biométhane par injection dans les réseaux, est la seule option disponible pour décarboner physiquement les usages GNL.

2/ La filière bio-GNL, opportunité économique pour les territoires ruraux, offre des ressources complémentaires aux agriculteurs producteurs de biométhane :

  • le bio-GNL carburant peut générer de 190 à 310 M€ par an de gains pour la collectivité et le monde agricole –tout en permettant la création d’emplois non délocalisables dans les territoires ruraux ;
  • la mise en place de circuits courts de bio-GNL permet de renforcer le lien entre le monde agricole et les territoires en créant des boucles locales d’énergie renouvelable ;
  • cette filière permettra notamment de réaliser des économies de l’ordre de 30 à 50 M€ par an sur le traitement de la pollution aux nitrates des nappes phréatiques.

Au regard du potentiel de la filière et de ses effets positifs sur l’environnement et sur l’économie, Primagaz, InVivo et Cryo Pur souhaitent que l’Etat définisse dans les meilleurs délais, conformément aux orientations du projet de loi d’orientation des mobilités qui va être examiné par le Parlement dans les prochaines semaines, un mécanisme de soutien dédié au bio-GNL carburant. Ce mécanisme doit prendre la forme d’un complément de rémunération alloué projet par projet pour favoriser le développement des premières unités de production de bio-GNL. Une telle approche par projet permettra aux pouvoirs publics de disposer d’un retour d’expérience technique, économique et environnemental avant la généralisation du mécanisme.

« Nous sommes fiers d’avoir soutenu cette étude qui démontre que transition énergétique rime avec développement économique, et c’est une chance pour les campagnes françaises. Il existe une opportunité de créer de l’emploi partout sur le territoire en proposant un produit décarboné répondant, qui plus est, à une demande croissante du marché. Les pouvoirs publics doivent aujourd’hui se mobiliser pour soutenir cette filière prometteuse. », explique Steven Sels, directeur général de Primagaz.

« L’agriculture joue un rôle clé dans la transition énergétique. L’organisation de filières durables pour la mobilité constitue une opportunité pour l’agriculture et la valorisation de ses co­produits au nom d’un triple objectif vertueux : environnemental, économique et social. InVivo est heureux de co-construire ce projet avec ses partenaires et coopératives, et de contribuer ainsi à la mise en œuvre de ce projet. », commente Rachel Kolbe, Directrice RSE du groupe InVivo.

« Nous trouvons très encourageante la participation de Primagaz et InVivo à cette étude sur le développement de la filière bio-GNL en France car c’est un signal fort que cette filière est un enjeu stratégique pour les filières agricoles et carburant. La mise en place d’un cadre incitatif en faveur du bio-GNL va permettre à des équipementiers comme Cryo Pur de développer leur activité également en France, et pas uniquement dans nos pays voisins. », indique Denis Clodic, Président-Fondateur de Cryo Pur.

Lien vers l’étude

Création de St EX INNOV




Le CREAS c’est fini, vive St EX INNOV ! Cette nouvelle association a vu le jour le 12 mars 2019 à Pusignan, à deux pas de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry, dans le Rhône. Son métier est l’innovation agronomique.

Elle poursuit 3 objectifs : innover, fédérer et partager. Son ambition est d’être une instance facilitatrice pour faire émerger des projets ambitieux et des solutions nouvelles au service d’une agriculture de progrès conciliant rentabilité et responsabilité.

Une logique de réseaux et de bottom-up

St EX INNOV promeut « un mode d'innovation fondé sur le partage, la collaboration entre toutes les parties prenantes dans une logique d’ouverture, de mise en réseaux et d’écoute ascendante à la fois des attentes des producteurs et de celles des consommateurs » précise Stéphane PEILLET, le tout nouveau Président de St EX INNOV.
La toute jeune association réunit d’ores et déjà 7 membres*. Tous souhaitent mener des programmes de recherche et d’innovation sur les terres agricoles qu’elle possède et dans un réseau d’agriculteurs expérimentateurs. L’ambition est très rapidement d’attirer aussi d’autres entreprises innovantes comme des start-up, des entreprises du machinisme ou encore du big data …
En effet, St EX INNOV favorisera le croisement de compétences variées, au-delà de l’agronomie, pour permettre l’émergence de solutions nouvelles pour répondre aux enjeux de la performance des exploitations, de la préservation des ressources et de l’adaptation au changement climatique.

Trois priorités pour 2019

Le sol à la base de l’agronomie, l’agronomie à l’échelle des systèmes de culture et le numérique au service de l’agronomie, sont les trois piliers de la stratégie de programmation de recherche.
Dès 2019 trois programmes prioritaires seront menés :

  • Evaluation des innovations numériques à l’échelle de l’exploitation agricole. St EX INNOV a obtenu la labellisation DIGIFERMES®, et rejoint ainsi déjà un club d’excellence de 13 fermes sur l’innovation numérique. Première ferme du quart Sud-Est de la France à rejoindre le label, St EX INNOV compte bien mettre en exergue les atouts des systèmes de productions de cette grande zone pédo-climatique, tout en valorisant les acquis du réseau, toutes productions confondues.
  • Ouverture d’un chantier de labellisation HVE (Haute Valeur Environnementale) de la ferme s’illustrant notamment par la production, dès la moisson prochaine, de blé sous charte « Lu Harmony ». Située dans un périmètre péri-urbain en proximité immédiate de l’aéroport de Lyon-St-Exupéry, l’association entend bien faire valoir les bonnes pratiques d’une agriculture moderne et respectueuse auprès du grand public et du monde agricole.
  • Faire un lieu d’accueil, de formation, d’échange, et d’expertise agronomique vers les agriculteurs, les partenaires de l’ensemble des filières et tous les acteurs économiques et organismes de développement.



 



Adhérents de l’association St EX INNOV
à la date du 12 mars 2019

  • ARVALIS – Institut du végétal
  • Chambre d’agriculture de l’Ain
  • Chambre d’agriculture de l’Isère
  • Chambre d’agriculture du Rhône
  • L’école d’enseignement supérieur ISARA
  • L’union de coopératives OXYANE
  • TERRES INOVIA

En direct des séminaires

Campagne 2018-19 - Séminaire d’Altamura - Italie




Le séminaire du vendredi 08 mars a clôturé une semaine de rencontre avec différents opérateurs  locaux par France Export Céréales. Ont été rencontrés 1 laboratoire d’analyse, 2 semouliers, 3 négociants  et 1 FAB. L’objectif de la mission a été de comprendre leurs attentes et leur vision de l’origine française.

Télécharger le document pdf