S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°04 - Vendredi 25 janvier 2019

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Anne-Laure Paumier

Effacement de la Russie

Blé

Le shutdown de l’administration américaine continue de perturber les opérateurs. Le film des négociations entre la Chine et les Etats-Unis fini par lasser même si la tonalité semble plus positive cette semaine avec un possible accord d’importations de 3 à 7Mt de blé américain par la Chine en 2019, qui laisse interrogatif. La Russie reste le principal facteur d’animation du marché.

Le marché mondial du blé est soutenu par la raréfaction de l’offre russe. S’il est fort probable qu’il n’y aura pas une position tranchée de la part du gouvernement russe, type embargo ou taxes, diverses dispositions visant à ralentir l’exportation continuent à être actées, comme la différenciation des aides logistiques selon les débouchés. Quoi qu’il en soit, le marché joue son rôle et les prix parlent d’eux même. La poursuite de la hausse des prix au départ de la Russie élimine progressivement l’origine russe de la scène internationale. La Syrie aurait toutefois encore acheté 200Kt de blé russe. La Tunisie a acheté 4 bateaux de 25kt pour livraison fev/mars. Au regard du prix finalisé (260$ CAF), l’origine Mer Noire, bénéficiant de la baisse du fret, reste dans la course, mais selon les rumeurs du marché il n’est pas impossible que cette affaire se concrétise en blé français, qui, en prix Fob, se situe maintenant à 9$/t de moins que le blé russe. Autre signe du relai qui semble s’enclencher par l’Union Européenne : des affaires auraient été conclues au départ de la mer baltique (origine polonaise et/ou baltes) à destination de l’Egypte et de la Turquie. Le cours du blé rendu portuaire progresse de 2,5€/t cette semaine, mais reste quasi inchangé en $/t à la faveur d’un fléchissement de l’euro.

L’autre facteur de soutien au prix sur le marché européen est la baisse brutale des températures dans les pays du nord de l’union, avec dans l’ensemble des champs peu protégé par la neige.

Le Conseil International de Céréales publie d’ailleurs ce jeudi sa première estimation pour la production mondiale de blé tendre pour la campagne 2019/2020. Celle-ci devrait progresser de 2% et s’établir à 751 Mt. Cette prévision de hausse de la production de 30 Mt par rapport à la campagne précédente, s’affiche plus mesurée que celle de l’analyste privé StratégieGrains publiée la semaine passée (+50Mt.) Toujours selon le CIC, la consommation mondiale devrait progresser de 1%. Les stocks finaux, dans cette première projection, sont attendus à peu près stables (à 263 Mt) à l’échelle mondiale, mais devraient continuer à se réduire chez les principaux exportateurs (-2Mt) et à augmenter en Chine.

La hausse des prévisions de production s’explique par une augmentation de 1% des surfaces dédiées au blé. Elles sont estimées à 220 mha. La principale progression est attendue en Europe. Compte tenu des prix plus attractifs et des reports de surfaces initialement dédiées au colza vers le blé, les emblavements sont évalués à 26.6 m ha (soit +5%). Après un automne particulièrement sec dans le nord de l’UE, les pluies récentes ont été bénéfiques. En Russie, la hausse des surfaces est estimée à 0,8%, et les conditions actuelles des blés d’hiver sont jugées correctes. En Ukraine, la hausse est plus marquée (+3%) et le CIC ne relève pas d’inquiétudes pour le développement des cultures pour le moment. Aux USA, en raison de pluies excessives au moment des semis d’automne, la baisse des surfaces dédiées au blé d’hiver (HRW) est conséquente mais elle pourrait se traduire par un rebond des surfaces de blé de printemps.

Orge

Comme on le sait, les disponibilités mondiales d’orge sont peu élevées cette année. Le Conseil International des Céréales modifie à la marge son bilan mondial et confirme une baisse de production de 4% par rapport à l’an passé (140 Mt) et prévoit, malgré la diminution de la consommation, des stocks au plus bas depuis 23 ans.  Depuis des mois le marché a intégré ces données, portant le cours de l’orge au-dessus de celui du blé tendre, pour finalement se replier ces derniers temps. 

A la faveur de cette baisse des cours, diverses affaires se sont nouées sur la scène internationale : la Tunisie a acheté 50 kt, la Jordanie 60kt et l’Iran 60kt également. Difficile de savoir de quels pays partiront les bateaux pour ces destinations.  Il n’est pas certain que ce soit des orges européennes qui partent en direction de ces différents pays. L’Arabie Saoudite, quant-à-elle, n’est toujours pas revenue aux achats.

Maïs

Selon le Conseil international des Céréales, grâce à de bonnes récoltes en Ukraine, aux USA et en Amérique du Sud, la planète devrait finalement engranger sa seconde plus importante récolte de maïs pour cette campagne en cours. Par rapport à novembre, le CIC augmente sa prévision de 3 MT en raison d’une hausse des chiffres de l’Ukraine (+ 2  Mt à 35,5 Mt ) et de l’Union Européenne (+3,5 Mt à 65 Mt ) qui compensent la baisse en Afrique du Sud (-1,6 Mt à 10,7 Mt) et au Brésil (-1,6 Mt à 93,5 Mt)

Concernant le marché européen, les importations se poursuivent et atteignent maintenant 13,4 Mt. Le marché physique français reste peu animé à l’export. La principale demande se situe du côté des fabricants d’aliments nationaux qui continuent à privilégier le maïs dans leur formulation. Le cours sur le marché à terme progresse légèrement, dans le sillage du blé tendre.

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017 165.4  
07/07/2017 167,9  
14/07/2017 164,1  
21/07/2017 163,4  
28/07/2017 164,9  
04/08/2017 159,5  
11/08/2017 159  
18/08/2017 153  
25/08/2017 152  
01/09/2017 152  
08/09/2017 152  
15/09/2017 154,6  
22/09/2017 156,1  
29/09/2017 157,9  
06/10/2017 157,4  
13/10/2017 154,6  
20/10/2017 154,9  
27/10/2017 157,5  
03/11/2017 157,9  
10/11/2017 155,5  
17/11/2017 154  
24/11/2017 155  
01/12/2017 154 161,9
08/12/2017 153,3 159,9
15/12/2017 153 159,6
22/12/2017 153 160
29/12/2017 151,6 161
05/01/2018 152 160,4
12/01/2018 151,5 160,6
19/01/2018 149 157,4
26/01/2018 150,5 157,2
02/02/2018 151 157,9
09/02/2018 154,5 161,1
16/02/2018 155 160,9
23/02/2018 156 162,6
02/03/2018 159,8 167,7
09/03/2018 155,1 164,6
16/03/2018 157 165,1
23/03/2018 156 161,6
30/03/2018 156,5 162,9
06/04/2018 159 165,4
13/04/2018 157,7 164,1
20/04/2018 156,2 162,6
27/04/2018 157,7 164,4
04/05/2018 161,5 169,4
11/05/2018 158 165,9
18/05/2018 158 168,9
25/05/2018 165,4 175,6
01/06/2018 168,5 177
08/06/2018 167,5 178,0
15/06/2018 170 177
22/06/2018   172
29/06/2018   171
06/07/2018   185
13/07/2018   182
20/07/2018   189,5
27/07/2018   198,5
03/08/2018   216
10/08/2018   213,5
17/08/2018   210,5
24/08/2018   206
31/08/2018   199
07/09/2018   196
14/09/2018   195
21/09/2018   201
28/09/2018   197
05/10/2018   199
12/10/2018   199,50
19/10/2018   197.50
26/10/2018   195,50
02/11/2018   197
09/11/2018   197
16/11/2018   198.1
23/11/2018   198
30/11/2018   196,50
07/12/2018   197
14/12/2018   202
21/12/2018   202
28/12/2018   199,5
04/01/2019   202
11/01/2019   199
18/01/2019   199,50
25/01/2019   202
01/02/2019    
08/02/2019    
15/02/2019    
22/02/2019    
01/03/2019    
08/03/2019    
15/03/2019    
22/03/2019    
29/03/2019    

Graphe de la semaine

CIC : estimation de l’offre et de la demande mondiales
Au 24 janvier 2019


colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Yolène Vayer

Hausse du colza dans le sillage des huiles

Le marché mondial des grains est toujours dans le flou. Cela fait déjà un mois que le « Shutdown » paralyse l’administration américaine et empêche la publication des rapports USDA qui rythment les prises de positions des opérateurs. En raison des nombreuses interrogations sur l’évolution de l’offre et de la demande, la volatilité pourrait réapparaître brusquement.

Les craintes concernant la production de soja en Amérique du Sud restent vives en raison du déficit hydrique, toujours présent au Brésil. L’organisme d’Etat a révisé son estimation de production à 117,06 Mt contre 120,8 Mt auparavant. En Argentine, de fortes précipitations ont été enregistrés dans le centre du pays, empêchant les producteurs de finaliser les semis. Dans ce contexte, les intentions de semis sont à la baisse avec des surfaces désormais attendues aux alentours des 17,7 Mha selon la Bolsa de Céréales soit une baisse de l’ordre de 200 000 ha par rapport à l’estimation précédente. Dans la province de Buenos Aires, les pluies sont également attendues. Le soja profite de cette période d’incertitudes pour s’inscrire au-dessus des 9,092 $/boisseau pour l’échéance mars.

Les négociations commerciales sino-américaines n’avancent toujours pas ce qui continue de peser sur les prix du soja.

Le colza a connu une belle envolée cette semaine sur l’échéance rapproché d’Euronext. En effet, alors que les éléments se font rares sur la graine, c’est l’huile de colza qui suscite un regain d’intérêt suite à la récente hausse des marges de trituration européenne, permettant ainsi aux huiles de se reprendre. Les cours de l’huile de colza profitent de la bonne demande dans l’industrie du biodiesel pour revenir se négocier aux alentours des 858 $/t FOB soit près de 54 $/t de plus que début Janvier. La graine profite ainsi de cette situation pour venir tester la résistance des 375 €/t sur l’échéance de Février. Du côté du canola, les cours continuent d'être soutenus grâce à une bonne demande chinoise.

L’huile de palme tire également le marché du colza vers le haut en revenant se fixer sur ses plus hauts niveaux depuis le début du mois de novembre 2018. Les cours du palme ont évolué en hausse à Kuala Lumpur en raison de la baisse de la monnaie locale face au dollar et de la bonne demande à l’export. Les exportations malaisiennes du palme sont ressorties en hausse de 9,4 % sur les premiers jours de janvier par rapport à la même période en décembre. Et pour cause, l’Asie du Sud-Est est dans le’ creux saisonnier de production, alors que les besoins prennent de l’importance.

Malgré la reprise de l’huile, le pétrole new-yorkais ne parvient pas à reprendre des couleurs et stagne toujours aux alentours de 52 $/baril. Les cours pourraient changer dans les prochains jours en raison de la situation observée au Venezuela. L’auto-proclamation du président du parlement Juan Guaido comme « président » par intérim et le soutien international qui lui a été apporté suscite des tensions dans le pays. C’est une situation explosive dans un pays comptant les plus grandes réserves de pétrole brut au monde, et qui reste un important membre de l’OPEP, malgré l’effondrement de sa production ces dernières années.

Le rebond de l’huile de colza a également profité à l’huile de tournesol qui a ainsi repris une partie des gains enregistrés depuis le début de l’année. Malgré cet élément, les cours de la graine restent globalement stables à 310 €/t en rendu Saint-Nazaire.

En Ukraine, l’huile de tournesol s’affiche en hausse à 700 $/t FOB soit + 16 $/t par rapport au début de la semaine. En effet, le complexe oléique trouve du soutien dans le sillage du rebond de l’huile de palme. La prime oléique est très importante, induisant un écart de prix entre l’huile de tournesol oléique et standard qui se hisse à des niveaux historiquement hauts, proches des 275 $/t FOB. Dans ce contexte, les producteurs ukrainiens pourraient augmenter les surfaces de variété oléique au détriment du tournesol standard.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017    
07/07/2017 368,5  
14/07/2017 367,5  
21/07/2017 366,5  
28/07/2017 364,25  
04/08/2017 367  
11/08/2017 371,5  
18/08/2017 371  
25/08/2017 370  
01/09/2017 369,5  
08/09/2017 365  
15/09/2017 367,25  
22/09/2017 368  
29/09/2017 369,5  
06/10/2017 370,5  
13/10/2017 370  
20/10/2017 366,5  
27/10/2017 368,5  
03/11/2017 377,25  
10/11/2017 366,5  
17/11/2017 379  
24/11/2017 374,25  
01/12/2017 367,75  
08/12/2017 365,5  
15/12/2017 357  
22/12/2017 353,25  
29/12/2017 347,75  
05/01/2018 357,75 359,5
12/01/2018 352,75 358,75
19/01/2018 342,75 347,75
26/01/2018 341 344,75
02/02/2018 348 346,75
09/02/2018 346,25 346,75
16/02/2018 347,5 347,25
23/02/2018 353,5 350,5
02/03/2018 358,25 354,25
09/03/2018 348,25 346,25
16/03/2018 348,75 346,25
23/03/2018 345,5 345,5
30/03/2018 346,25 346,25
06/04/2018 350,25 350,25
13/04/2018 348,25 348,25
20/04/2018 344,25 344,5
27/04/2018 345,5 345,5
04/05/2018 348,75 348,75
11/05/2018 353,5 353,5
18/05/2018 353 354
25/05/2018 363 351
01/06/2018 359,75 360,75
08/06/2018   351,75
15/06/2018   350,75
22/06/2018   352,25
29/06/2018   358,5
06/07/2018   359.75
13/07/2018   357.75
20/07/2018   358.5
27/07/2018   351,25
03/08/2018   366,5
10/08/2018   371
17/08/2018   378
24/08/2018   374,5
31/08/2018   374.25
07/09/2018   375,25
14/09/2018   368
21/09/2018   367.25
28/09/2018   372,25
05/10/2018   377
12/10/2018   372
19/10/2018   370,75
26/10/2018   371,50
02/11/2018   377.5
09/11/2018   378.5
16/11/2018   379
23/11/2018   371.5
30/11/2018   372.5
07/12/2018   374
14/12/2018   371.5
21/12/2018   367
28/12/2018   363
04/01/2019   367,75
11/01/2019   368.25
18/01/2019   369.5
25/01/2019   376.25
01/02/2019    
08/02/2019    
15/02/2019    
22/02/2019    
01/03/2019    
08/03/2019    
15/03/2019    
22/03/2019    
29/03/2019    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 202 €/t janv./mars ; 201 €/t avril/juin ;
NR : 182,5 €/t juil./août ; 184,5 €/t oct./déc.
R. Bretagne : 204 €/t janv./mars

Orge

R. Rouen : 191 €/t janv./mars
R. Bretagne : 196 €/t janv./mars

Maïs

R. la Pallice /Bordeaux : 175,5 €/t janv./mars ;
175,5 €/t avril/juin
Fob Rhin : 175 €/t janv./juin
R. Bretagne : 187 €/t janv./juin

Oléagineux


Colza

Rendu Rouen : 372,25 €/t avril/juin (var. +5,75 €/t)
Fob Moselle : 376,25 €/t avril/juin (var. +6,75 €/t)

Tournesol

Rendu Saint-Nazaire : 310 €/t avril/juin (var. 0,0 €/t)
Rendu Bordeaux : 310 €/t avril/juin (var. +5,0 €/t)

Huiles Végétales

Colza - Rotterdam : 835 $/t fév. (var. -30,0 $/t)
Soja - Rotterdam : 763 $/t fév. (var. -9,0 $/t)
Tournesol - Fob Nord Europe : 700 $/t fév. (var. +15,0 $/t)
Palme brute - CAF Rotterdam : 551 $/t fév. (var. +13,0 $/t)

Tourteaux

Colza - Départ Rouen : 248 €/t fev.
Colza - Départ Grand-Couronne : 243 €/t fev.
Tournesol - Départ Montoir : 230 €/t fev.
Soja 48% OGM - Départ Montoir : 329 €/t fev.

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 52,51 $/baril (var. 0,0 $/baril)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,13 $ (var. -0,01)

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 25 janvier variation*
Blé tendre, mars 206,50 2,50
Maïs, mars 181,75 1,25
Colza, février 373,75 3,75
Huile de Colza, mars 698,50 0,00
Tourteaux de Colza, mars 227,00 0,00

 

 CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 25 janvier variation*
Blé tendre, mars 169,16 2,20
Maïs, mars 131,05 -0,25
Soja, mars 297,18 4,45
Huile Soja, mars 574,40 17,78
Tourteaux de Soja, mars 303,94 1,93

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 25 janvier variation*
Canola, mars 322,92 3,31

* les variations sont calculées par rapport à la cotation de la semaine précédente

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-20/01
Cumul France
01/07-20/01
Blé tendre 8 959 734 4 472 028
Farine BT (val. prod.) 261 108 31 722
Blé dur 368 029 88 769
Orge 2 774 602 1 323 903
Maïs 1 054 048 68 217

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-20/01
Cumul France
01/07-20/01
Blé tendre 2 887 437 2 692
Farine BT (équiv. grain) 21 477 5 601
Blé dur 587 724 47
Maïs 13 404 377 67 580
Sorgho 328 231 3

Source : Commission Européenne, DG TAXUD

port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

Rouen

109 084 t ont été chargées et déchargées
du 17 au 23 janvier 2019, dont :
 

Exportations : 101 934 t

  • Orge de brasserie : 11 777 t (Belgique : 3 150 t ;
    Pologne : 3 584 t ; Allemagne :  5 043 t)
  • Orge fouragère : 5 363 t (Turquie)
  • Blé tendre : 69 301 t (Algérie : 60 300 t ; Gambie : 9 001 t)
  • Tourteaux de luzerne : 2 670 t (Norvège)
  • Tourteaux de colza : 2 823 t (Irlande)
  • Malt : 10 000 t (Brésil)

Importations : 7 150 t

  • Pois fourrager : 4 000 t (Suède)
  • Féverole fourragère : 3 150 t (Royaume-Uni)

 


 


La Pallice

62 973 t ont été chargées
du 17 au 23 janvier 2019, dont :

  • Blé vrac : 47 260 t (Guadeloupe : 2 460 t ; Sénégal : 37 800 t ;
    Portugal : 7 000 t)
  • Maïs vrac : 7 013 t (Guadeloupe)
  • Orge vrac : 8 700 t ( Guadeloupe : 500 t ; Pays-Bas : 8 200 t)