S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°16 - Vendredi 26 avril 2019

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Les marchés

Rubriques
bandeau-ble-tendre-475-105

Marché des céréales

Analyse par Pierre Gautron

Prolongation de l’épisode baissier

Blé

D’un long week-end pascal on n’attendait certes pas une relance de l’activité. Le marché a retrouvé ses premières marques avec la réouverture de Chicago lundi. Une réouverture qui n’a fait que confirmer la tendance de la semaine précédente : la baisse. Mardi, Euronext a repris ses cotations, en accompagnant le mouvement de Chicago même si le recul de l’euro, par rapport au dollar a permis d’en atténuer les effets. Les conditions météorologiques et l’état des cultures continuent de jouer un rôle majeur dans l’évolution des marchés. Aux Etats-Unis, le dernier « crop rating » de l’USDA note une progression de 2 points des surfaces de blé jugées « bon à excellent état » à 62 % ; c’est 2 fois plus que l’an dernier à la même date. Les conditions sont jugées bonnes dans le bassin Mer noire. Le rapport StatCan, constatant une augmentation de la surface tous blés de 3,8 % sur l’an passé (malgré une réduction de l’aire blé dur de 18,8 %), a ajouté à la pression et les perspectives de la prochaine récolte font peser sur les prix, qu’il s’agisse de cette fin de campagne ou de 2019/2020. Enfin, Le rapport du CIC (Conseil International des Céréales), publié cette semaine, révise ses projections 2019/2020 en portant la production mondiale de blé de 759 à 762 Mt, dont 79,5 Mt pour la Russie, soit une hausse de 2,4 Mt sur la projection de mars, et le stock final de 270 à 274 Mt.

D’autres facteurs que la météo ou les diverses prévisions, interviennent actuellement, de manière importante dans la conjoncture. Notamment un règlement du différend sino-américain qui s’éternise, avec ses rebondissements stériles. L’épidémie de peste porcine qui ravage le cheptel porcin chinois et qui réduira les besoins d’importation de l’Empire du Milieu de matières premières agricoles de quelque 10 Mt, sont aussi un élément baissier considérable. Sans oublier les mesures décidées par Washington contre les exportations de pétrole iranien, qui vont impacter le secteur des oléagineux (voir rubrique).

En Europe, les craintes de sécheresse ne contrebalancent pas les bonnes perspectives générales de production, et constituent d’autant moins un facteur de soutien des cours que les espoirs de pluies se confirment.

Dans l’hexagone aussi, l’arrivée des précipitations est bien venue pour les producteurs, mais on s’interroge encore de leur persistance. Ce questionnement freine la demande des utilisateurs, les fabricants d’aliments du bétail en particulier, se contentent de compléments de couvertures en vieille récolte et ne s’engagent pas sur la nouvelle en attendant de pouvoir juger du rapport pluie/marché.

A l’export, les chargements se poursuivent dans les ports français mais sans nouvelles grosses affaires à l’horizon hormis l’achat tunisien de 92 000 t et un appel d’offre saoudien pour du blé. La baisse de l’euro à 1,115 €, outre d’avoir permis une résistance d’Euronext à la baisse de Chicago, offre une compétitivité accrue au blé européen, c’est-à-dire plus particulièrement au blé français ; car la France reste la locomotive de l’exportation européenne. Sur les 16,54 Mt sorties par l’U.E à destination des pays tiers entre le début de campagne et le 24 avril, soit 0,3 Mt de moins que l’an passé, la France intervient pour 7,99 Mt, soit 1,55 t de mieux que l’an dernier, à date. Il reste un peu plus de 2 mois pour réaliser l’objectif avancé par FranceAgriMer de 9,7 MT, et finir sur un stock léger de l’ordre de 2,4 MT.

Le constat, pour le moment, c’est un prix du blé à 175/176 € rendu Rouen, contre 200 € en début d’année. Jeudi, Euronext, aidé par la poursuite de la baisse de l’euro, a marqué un coup d’arrêt dont on ne sait s’il se confirme ou annonce une reprise, tant les cours sont sensibles au Weather market.

Orge

L’orge s’est d’autant plus aisément insérée dans la spirale baissière ouverte par le blé, qu’elle y ajoute une absence d’activité en portuaire. On ne peut avancer que des cotations nominales, à 158 €, rendu Rouen en vieille récolte et rien en nouvelle. Le petit courant sur l’intérieur, pour l’alimentation animale, révèle un prix de 163 €, rendu Bretagne.

Les exportations d’orge de l’U.E depuis le début de la campagne ont porté sur 3,65 Mt ; c’est une chute de 1,1 Mt par rapport à l’an dernier et, là encore, la France s’en tire plutôt bien, avec 1,99 Mt, un chiffre pratiquement équivalent à celui de la précédente campagne.

StatCan estime à + 10,2 % la progression des surfaces d’orge au Canada pour la prochaine campagne.

Maïs

L’UE en est à 19,9 Mt importées des pays tiers par l’U.E depuis le début de la campagne contre 14,1Mt l’année dernière. La  part de la France est minime dans cette affaire et elle est bien modeste aussi à l’exportation. En revanche, le maïs a renforcé sa position sur l’intérieur auprès des fabricants d’aliments du bétail qui observent actuellement l’avancement des cultures.  Une sorte d’équilibre négatif s’est créé, les producteurs, eux-aussi négligeant le marché, profitent des bonnes conditions météo pour accélérer les semis. Selon l’AGPM, les semis déjà réalisés représentent la moitié de la sole prévue, les régions Poitou-Charente, Rhône-Alpes, Ile de France, Centre étant les plus avancées. Dans ce contexte, les prix varient peu, pour un volume d’échange réduit.

Les nouvelles projections du CIC pour la campagne 2019-2020, n’ont augmenté que de 1 Mt le chiffre de la production mondiale de maïs par rapport aux prévisions de mars, la portant ainsi à, à 1125 Mt.  En revanche, la prévision de stock final passe de 266 à 275 Mt.

Blé tendre

Cotation du Blé Tendre Rendu Rouen
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017 165.4  
07/07/2017 167,9  
14/07/2017 164,1  
21/07/2017 163,4  
28/07/2017 164,9  
04/08/2017 159,5  
11/08/2017 159  
18/08/2017 153  
25/08/2017 152  
01/09/2017 152  
08/09/2017 152  
15/09/2017 154,6  
22/09/2017 156,1  
29/09/2017 157,9  
06/10/2017 157,4  
13/10/2017 154,6  
20/10/2017 154,9  
27/10/2017 157,5  
03/11/2017 157,9  
10/11/2017 155,5  
17/11/2017 154  
24/11/2017 155  
01/12/2017 154 161,9
08/12/2017 153,3 159,9
15/12/2017 153 159,6
22/12/2017 153 160
29/12/2017 151,6 161
05/01/2018 152 160,4
12/01/2018 151,5 160,6
19/01/2018 149 157,4
26/01/2018 150,5 157,2
02/02/2018 151 157,9
09/02/2018 154,5 161,1
16/02/2018 155 160,9
23/02/2018 156 162,6
02/03/2018 159,8 167,7
09/03/2018 155,1 164,6
16/03/2018 157 165,1
23/03/2018 156 161,6
30/03/2018 156,5 162,9
06/04/2018 159 165,4
13/04/2018 157,7 164,1
20/04/2018 156,2 162,6
27/04/2018 157,7 164,4
04/05/2018 161,5 169,4
11/05/2018 158 165,9
18/05/2018 158 168,9
25/05/2018 165,4 175,6
01/06/2018 168,5 177
08/06/2018 167,5 178,0
15/06/2018 170 177
22/06/2018   172
29/06/2018   171
06/07/2018   185
13/07/2018   182
20/07/2018   189,5
27/07/2018   198,5
03/08/2018   216
10/08/2018   213,5
17/08/2018   210,5
24/08/2018   206
31/08/2018   199
07/09/2018   196
14/09/2018   195
21/09/2018   201
28/09/2018   197
05/10/2018   199
12/10/2018   199,50
19/10/2018   197.50
26/10/2018   195,50
02/11/2018   197
09/11/2018   197
16/11/2018   198.1
23/11/2018   198
30/11/2018   196,50
07/12/2018   197
14/12/2018   202
21/12/2018   202
28/12/2018   199,5
04/01/2019   202
11/01/2019   199
18/01/2019   199,50
25/01/2019   202
01/02/2019   199,5
08/02/2019   196,5
15/02/2019   192
22/02/2019   189
01/03/2019   180
08/03/2019   179
15/03/2019   182
22/03/2019   185
29/03/2019   181
05/04/2019   185
12/04/2019   184
19/04/2019   179
26/04/2019   175,5
03/05/2019    
10/05/2019    
17/05/2019    
24/05/2019    
31/05/2019    
07/06/2019    
14/06/2019    
21/06/2019    
28/06/2019    

Graphe de la semaine

CIC : estimation de l’offre et de la demande mondiales



Au 25 avril 2019

colza-fob-mozelle

Marché des oléagineux

Analyse par Yolène Vayer

Le colza soutenu par le pétrole et des prévisions européennes de production

A Chicago, le soja poursuit son recul, faute d'avancées dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Malgré les deux rencontres prévues fin avril et début mai, le pessimiste continue de s’étendre sur un marché où les achats chinois en soja US sont à l’arrêt et la demande en tourteau a considérablement fléchi en raison de l’épidémie de peste porcine. Selon un analyste, « Les achats massifs de porc américain par la Chine ces dernières semaines malgré les tarifs douaniers américains très élevés illustrent à quel point la peste porcine est grave ». Cette situation fait douter de la capacité des Etats-Unis à abaisser les stocks de soja du pays vue la baisse des besoins chinois. Dans ce contexte, les cours du soja ont perdu près de 30 $/t depuis le début du mois.

Autre élément qui justifie la baisse des cours de soja : les conditions de semis. L’accalmie sur le front des précipitations sur les zones de production agricole américaines a suscité un regain d’activité favorisant la progression des semis.

Le marché du colza évolue dans son canal haussier face à tous les autres oléagineux. Les cours du colza ont gagné 5€/t pour s’afficher à 365,5 €/t sur l’échéance rapprochée cette semaine, soutenus par la hausse des cours du pétrole et la révision à la baisse par la Commission européenne de la production de colza pour la campagne 2019/20, soit une baisse de 675kt à 19Mt. Le manque de précipitations continue de pénaliser les cultures de colza et les perspectives de récolte en Europe restent très faibles notamment en France et en Allemagne.

Le bilan lourd de la campagne 2018/19 a poussé l’Europe à s’approvisionner en Australie. Les stocks commencent à s’affaiblir. Après avoir importé 262 kt au mois de mars, l’UE devrait importer moins de la moitié au mois d’avril. Le canola canadien pourrait bien prendre le relais. Les volumes disponibles sont conséquents à cause du conflit avec la Chine. Pour l’instant, aucun bateau n’est dans le line-up.

Au Canada, les cours du canola ont trouvé du soutien suite à la publication des intentions de semis canadiens par Statcan. Dans son rapport publié aujourd’hui, les surfaces de canola sont revues à la baisse cette année, soit – 6,5% par rapport à l’année dernière.

Les cours du pétrole WTI continuent leur mouvement haussier pour évoluer autour de 66 $ le baril, un niveau qui n’a pas été atteint depuis 6 mois.

Le pétrole continue de tirer son épingle du jeu dans un contexte où D. Trump a décidé de stopper radicalement les importations de pétrole iranien, suscitant des inquiétudes sur l’offre. Les productions iraniennes approvisionnaient des nombreux pays, dont la Chine qui pourrait s’opposer à ces mesures provoquant une nouvelle détérioration des relations entre les deux pays.

Du côté des huiles, la déprime est de mise sur le palme, qui n’arrive pas à rebondir à Kuala Lumpur dans un contexte de hausse de production. Les ventes à l’exportations globales sont en légère baisse et l’Europe indique des importations stables par rapport au mois de mars, à 5,2 Mt à ce jour.

Le marché du tournesol en France reste stable. Sur le bassin mer noire, les semis ont démarré avec désormais 1,41 Mha semés en Ukraine, soit 25 % de l’objectif fixé par le ministère de l’Agriculture. En Russie, les semis ont également débuté. Toutefois, les surfaces sont globalement annoncées en baisse sur l’ensemble du bassin pour la campagne 2019/20. Ceci pourrait apporter un peu de soutien à plus long terme sur les variétés classiques. En oléique, la hausse des surfaces en Ukraine laisse envisager une baisse de la prime sur la campagne 2019/20. En ancienne campagne, les cours se tiennent encore bien grâce à une bonne demande à l’export pour l’huile en Ukraine.

Colza

Cotation du Colza Fob Moselle
(€/t) R2017 R2018
30/06/2017    
07/07/2017 368,5  
14/07/2017 367,5  
21/07/2017 366,5  
28/07/2017 364,25  
04/08/2017 367  
11/08/2017 371,5  
18/08/2017 371  
25/08/2017 370  
01/09/2017 369,5  
08/09/2017 365  
15/09/2017 367,25  
22/09/2017 368  
29/09/2017 369,5  
06/10/2017 370,5  
13/10/2017 370  
20/10/2017 366,5  
27/10/2017 368,5  
03/11/2017 377,25  
10/11/2017 366,5  
17/11/2017 379  
24/11/2017 374,25  
01/12/2017 367,75  
08/12/2017 365,5  
15/12/2017 357  
22/12/2017 353,25  
29/12/2017 347,75  
05/01/2018 357,75 359,5
12/01/2018 352,75 358,75
19/01/2018 342,75 347,75
26/01/2018 341 344,75
02/02/2018 348 346,75
09/02/2018 346,25 346,75
16/02/2018 347,5 347,25
23/02/2018 353,5 350,5
02/03/2018 358,25 354,25
09/03/2018 348,25 346,25
16/03/2018 348,75 346,25
23/03/2018 345,5 345,5
30/03/2018 346,25 346,25
06/04/2018 350,25 350,25
13/04/2018 348,25 348,25
20/04/2018 344,25 344,5
27/04/2018 345,5 345,5
04/05/2018 348,75 348,75
11/05/2018 353,5 353,5
18/05/2018 353 354
25/05/2018 363 351
01/06/2018 359,75 360,75
08/06/2018   351,75
15/06/2018   350,75
22/06/2018   352,25
29/06/2018   358,5
06/07/2018   359.75
13/07/2018   357.75
20/07/2018   358.5
27/07/2018   351,25
03/08/2018   366,5
10/08/2018   371
17/08/2018   378
24/08/2018   374,5
31/08/2018   374.25
07/09/2018   375,25
14/09/2018   368
21/09/2018   367.25
28/09/2018   372,25
05/10/2018   377
12/10/2018   372
19/10/2018   370,75
26/10/2018   371,50
02/11/2018   377.5
09/11/2018   378.5
16/11/2018   379
23/11/2018   371.5
30/11/2018   372.5
07/12/2018   374
14/12/2018   371.5
21/12/2018   367
28/12/2018   363
04/01/2019   367,75
11/01/2019   368.25
18/01/2019   369.5
25/01/2019   376.25
01/02/2019   373
08/02/2019   373
15/02/2019   367
22/02/2019   362,75
01/03/2019   359.25
08/03/2019   358
15/03/2019   358,75
22/03/2019   361,75
29/03/2019   359.25
05/04/2019   363.5
12/04/2019   361.75
19/04/2019   363.25
26/04/2019   365.25
03/05/2019    
10/05/2019    
17/05/2019    
24/05/2019    
31/05/2019    
07/06/2019    
14/06/2019    
21/06/2019    
28/06/2019    

Marchés physiques

Céréales


Blé tendre

R. Rouen : 175,5 €/t avril/juin
NR : 166,5 €/t juil.août ; 170 €/t oct./déc.
R. Bretagne : 180 €/t avril/juin
FOB Moselle : 168,7 €/t avril/juin
NR : 165,9 €/t oct./déc.
R. La Pallice : 182,14 €/t avril/juin

Orge fourragère

R. Rouen : 158N €/t avril/juin
Fob Moselle : 159,95 €/t avril/juin
NR : 159,95 €/t dégagement
R. Bretagne : 163 €/t avril/juin

Maïs

R. Bordeaux / La Pallice : 153,3 €/t avril/juin
NR : 156 €/t juil.août ; 163 €/t oct./déc.
R. Bretagne : 166 €/t avril/juin ; 170 €/t juil./août
Fob Rhin : 148 €/t avril/juin

Oléagineux


Colza

Rendu Rouen : 359,25 €/t avril/juin (var. +2,25 €/t)
Fob Moselle : 365,25 €/t avril/juin (var. +2,00 €/t)

Tournesol

Rendu Saint-Nazaire : 330 €/t avril/juin (var. 0,0 €/t)
Rendu Bordeaux : 325 €/t avril/juin (var. 0,0 €/t)

Huiles Végétales

Colza - Rotterdam : 804 €/t avril (var. -3,0 $/t)
Soja - Rotterdam : 740 €/t avril (var. +10,0 $/t)
Tournesol - Fob Nord Europe : 712 €/t avril (var. +2,0 $/t)
Palme brute - CAF Rotterdam : 530 €/t avril (var. -2,0 $/t)

Tourteaux

Colza - Départ Rouen : 238 €/t avril (var. 0,0 €/t)
Colza - Départ Grand-Couronne : 235 €/t avril (var. +4,0 €/t)
Tournesol - Départ Montoir : 224 €/t avril (var. 0,0 €/t)
Soja 48% Brésil - Départ Montoir : 326 €/t avril (var. 0,0 €/t)

Indices


Pétrole - WTI New-York, spot : 64,97 $/baril (var. +1,0 $/baril)
Parité Euro/Dollar : 1 € = 1,11 $ (var. -0,01)

Abréviations : NR= nouvelle récolte, R= rendu, C.D.= camion départ, T.D.= train départ, C= camion

Marchés à terme

EuronexT
(€/t) 26 avril variation*
Blé tendre, mai 182,00 -7,25
Maïs, juin 164,50 -4,75
Colza, mai 365,25 4,50
Huile de Colza, juin 698,50 0,00
Tourteaux de Colza, juin 228,00 0,00

 

 CME Etats-Unis
(cotations converties en €/t) 26 avril variation*
Blé tendre, mai 143,89 -5,99
Maïs, mai 123,07 -2,50
Soja, mai 282,38 -9,06
Huile Soja, mai 544,47 -21,57
Tourteaux de Soja, mai 300,14 0,13

 

ICE Canada
(cotations converties en €/t) 26 avril variation*
Canola, mai 293,80 -8,01

* les variations sont calculées par rapport à la cotation de la semaine précédente

Activité des ports européens

Exportations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-21/04
Cumul France
01/07-21/04
Blé tendre 16 546 481 7 911 656
Farine BT (val. prod.) 403 988 50 418
Blé dur 608 032 184 644
Orge 3 651 055 1 989 066
Maïs 1 957 898 89 037

 

Importations


 Flux physiques en tonnes UE à 28
01/07-21/04
Cumul France
01/07-21/04
Blé tendre 3 704 308 3 006
Farine BT (équiv. grain) 32 119 8 588
Blé dur 871 715 90
Maïs 19 931 773 117 822
Sorgho 696 307 5

Source : Commission Européenne, DG TAXUD

port-atlantique-la-rochelle-bandeau

Activité des ports français


 

Rouen

261 121 t ont été chargées et déchargées
du 18 au 24 avril 2019, dont :
 

Exportations : 246 228 t

  • Tourteaux de colza : 6 517 t (Irlande : 3 227 t ;
    Royaume-Uni : 3 290 t)
  • Blé tendre : 171 883 t (Maroc : 74 400 t ; Algérie : 63 470 t ;
    Gabon : 6 513 t ; Angola : 27 500 t
  • Malt : 9 000 t (Nigéria : 4 000 t , Cameroun : 5 000 t)
  • Orge de brasserie :  6 300 t (Allemagne)
  • Orge fourragère : 36 852 t (Qatar)
  • Pulpe de betterave : 9 100 t (Arabie Saoudite)
  • Colza : 3 300 t (Suède)
  • Tourteaux de luzerne : 3 276 t (Maroc)

Exportations : 14 893 t

  • graines moutarde : 14 893 t (Uruguay)

 


 


La Pallice

104 719 t ont été chargées
du 18 au 24 avril 2019, dont :

  • Blé vrac : 72 271 t (Italie : 26 966 ; Suède : 3 300 t ;
    Norvège : 5 5005 t ; Côte d'Ivoire : 30 000 t ; Irlande : 7 000 t)
  • Orge vrac : 32 448 t (Chine : 18 300 t ; Qatar : 14 148 t)