S'abonner à l'hebdo

Hebdo N°45 - Vendredi 14 décembre 2018

S'abonner à l'hebdo

Pour vous abonner à l'hebdo des coops métiers du grain, dont la diffusion est réservée aux adhérents de Coop de France et à son réseau, merci de remplir et de valider le formulaire ci-dessous.

obligatoire




Valider

Déclaration CNIL
Coop de France met en place un traitement de données à caractère personnel dans le cadre de ses missions d'assistance et d'information aux coopératives adhérentes. Ces données sont collectées lors de votre adhésion, des missions de conseil que nous réalisons ou lorsque vous remplissez ce formulaire et sont destinées aux employés de Coop de France exclusivement. Elles sont par ailleurs contrôlées annuellement. Conformément à l'article 32 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Ce droit peut être exercé auprès de Nicolas Gremont, au service informatique à l'adresse suivante : nicolas.gremont@coopdefrance.coop.

Vie des entreprises

Rubriques
bandeau-ag-axereal

Assemblée Générale 2018


 

Un rebond des activités

  • Une nouvelle organisation en 6 régions pour gagner
    en compétitivité
  • Des perspectives encourageantes

L’Assemblée générale annuelle d’Axéréal s’est tenue
le mardi 4 décembre 2018 à Orléans, sous la présidence de Jean-François Loiseau. Elle a rassemblé près de 200 participants et clôture
17 assemblées de section qui ont eu lieu tout au long du mois de novembre sur l’ensemble du territoire de la coopérative.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE

L’Assemblée générale mixte a adopté l’ensemble des résolutions soumises à son approbation, notamment :

L’approbation des comptes sociaux et consolidés de l’exercice 2017-2018. Ceux-ci font ressortir un chiffre d’affaires à 2,5 Md€, en hausse de +7% à données comparables et un excédent brut d’exploitation en forte progression à 96 M€, fruits d’un retour à la normale dans le domaine agricole.
Le renouvellement de MM. Philippe Couard, Olivier Legrand, Olivier Gernez, Dominique Jacquet, David Gonin, Jean-Luc Gitton, Gilles Gousseau et Bruce Jolly en qualité d’administrateur pour une durée de trois années.
Le remplacement de M. Jean-François Isambert par M. Jean-Etienne Reignoux et de M. Nicolas Huot par M. Romain Gallas en tant qu’administrateur pour une durée de trois années.
La simplification de l’organisation de la coopérative avec le regroupement des 17 sections Axéréal en 6 sections pour aligner les prises de décisions politiques et la dynamique commerciale locale. Cette mesure importante du projet Ambition 2022 vise à gagner en compétitivité et en agilité.

Cette Assemblée générale annuelle a également été l’occasion de remettre le nouveau Rapport annuel d’Axéréal à tous les participants.

Site intenret Axereal : www.axereal.com

Création de NATUP


 

CapSeine et Interface céréales fusionnent pour créer NATUP
 
Réunis le vendredi 7 décembre à Évreux en Assemblées Générales, les coopératives Cap Seine et Interface Céréales ont voté en faveur de leur fusion.

Dans la foulée, le nouvel ensemble a changé de nom et s’appelle désormais NATUP.

Plus d'informations

bandeaudijon

Assemblée Générale

Dijon Céréales



28ème Assemblée Générale annuelle

UNE COOPÉRATIVE, UNE ALLIANCE :
DES DÉFIS ET PERSPECTIVES POUR L’AGRICULTURE RÉGIONALE

La 28ème Assemblée Générale du groupe coopératif Dijon Céréales a été l’occasion pour ses dirigeants de revenir sur un exercice 2017-2018 rendu complexe par une moisson 2017 hétérogène de qualité moyenne, et par la grève de la SNCF. Elle a aussi mis en avant les défis et perspectives de la coopérative autour de l’évolution du champ coopératif régional, une belle aventure engagée depuis un an avec Bourgogne du Sud et Terre Comtoise au sein de l’Alliance BFC.

UNE MOISSON HÉTÉROGÈNE, UNE COLLECTE EN AUGMENTATION

Pascal Demay, Directeur Céréales et Hervé Panouillot, Directeur Financier, ont détaillé les principaux éléments de l’exercice 2017-2018. La collecte issue de la moisson 2017, qui se porte à 906 000 tonnes (hétérogène et de qualité moyenne en raison d’accidents climatiques successifs), a permis de compenser un niveau de prix toujours bas, l’un des niveaux les plus bas depuis 2005 / 2006 :

  • Le chiffre d’affaires de la coopérative, de 292 M€, en hausse de 10,3%, dont 65% reposent sur l’activité Céréales (+13,2% de collecte) et 32% sur l’activité Approvisionnements (-2,2% en C.A.) ;
  • Le chiffre d’affaires du Groupe, qui s’établit quant à 400,6 M€ (+11,9% avec des activités en développement en espaces verts et en carburants), pour un résultat net part du Groupe de 1,8 M€.

Il a été rappelé les grandes difficultés d’exécution par suite du mouvement de grève du fret SNCF au printemps 2018, occasionnant un surstock d’environ 40 000 tonnes en fin de campagne, dont le financement a notamment pesé sur le résultat final de la coopérative (1,5 M€).

Dans ce contexte agricole complexe, le nouveau Directeur Général Christophe Richardot a rappelé les bases solides de la coopérative dont il a pris les rênes en juillet 2018. « Nous venons de réorganiser l’activité Terrain pour mieux servir nos adhérents, avec plus de transversalité entre nos équipes productions végétales et animales, conventionnelles et bio ». Le secteur bio voit son équipe augmentée et de nouveaux moyens (stockage, expérimentation dédiée) mis en place, le service qualité est segmentée en 2 pôles (process métiers / qualité filières) pour plus d’efficacité.

Egalement Directeur de l’Alliance BFC, Christophe Richardot a détaillé l’avancée des projets de la nouvelle union (voir ci-après). « Notre ambition est de bâtir l’avenir de la coopération régionale en Bourgogne Franche-Comté, autour d’un socle métiers solide et de projets créateurs de valeur ajoutée pour les exploitations agricoles ».

Dans son rapport moral, le président Marc Patriat s’est félicité du virage entamé par Dijon Céréales en lien avec l’Alliance BFC : « Même si chaque coopérative conserve son identité dans cette union, même si chacune a son histoire, nous dessinons de nouvelles relations et portons des projets constructifs, une page nouvelle s’écrit ».

Dans un contexte agricole lourd (réglementation lourde, marchés moroses, rendez-vous des EGA manqués et mettant la coopération en porte-à-faux sur la séparation conseil et vente), le président comme le directeur général ont souligné la nécessité pour la coopérative comme pour tous les acteurs de l’agriculture régionale de se mobiliser pour contrer les actions d’agri-bashing, qui impacte trop fortement et injustement l’image de l’agriculture.

Le président a enfin terminé son propos sur une note positive et volontaire. « Nous subissons trop, communiquons ! Faisons-nous entendre sur les réseaux sociaux par exemple. Montrons les démarches de progrès dans lesquelles nous sommes engagés, agriculteurs coopérateurs et organisations agricoles, pour faire rimer production, qualité de l’alimentation et environnement ».

LA NAISSANCE D’UNE NOUVELLE AMBITION RÉGIONALE : L’ALLIANCE BFC

L’Assemblée Générale de Dijon Céréales a été l’occasion d’un premier bilan du projet de l’Alliance BFC, union de moyens qui est entrée en action en janvier 2018, et qui rassemble Dijon Céréales, Bourgogne du Sud et Terre Comtoise. Christophe Richardot, qui dirige cette dernière et dont Marc Patriat est le Président, a souligné la dynamique particulièrement ambitieuse et forte qui rassemble les membres de cette nouvelle entité, lesquels sont résolument tournés vers un objectif commun : stimuler et préparer l’avenir de la coopération agricole en Bourgogne Franche-Comté.

Montée en compétences des 1400 collaborateurs et rationalisation des métiers des coops ; recherche et innovation agronomique ; nouvelles technologies et implication dans la digitalisation croissante des métiers agricoles ; diversification des productions et les filières (de la méthanisation aux protéines végétales texturées en passant par les vins de France et les ateliers en production animale)… tous ces enjeux de développement sont partagés par les trois coopératives membres de l’Alliance BFC, avec un objectif : créer de la valeur ajoutée pour les 12 000 adhérents des trois coopératives et pour l’agriculture régionale.

UNE ANNÉE DE TRANSITION CHEZ DIJON CÉRÉALES

Cette 28ème Assemblée Générale a également été l’occasion de rendre un hommage appuyé à Pierre Guez, qui avait d’ores et déjà symboliquement passé le témoin à Christophe Richardot en décembre 2017, et dans les faits en juillet dernier.

Le Conseil d’Administration, l’équipe de Direction actuelle et passée, mais aussi des interventions de personnalités (François Patriat, François Rebsamen, Jean-Philippe Girard, Dominique Chambrette, Jean-François Loiseau), ont salué la vision, l’énergie à construire et l’engagement de celui qui a contribué à la naissance et à la croissance de Dijon Céréales.
 


PIERRE GUEZ, 50 ANS D’ENGAGEMENT POUR L’AGRICULTURE RÉGIONALE

Pierre Guez a débuté sa carrière en 1971 comme enseignant, professeur d’agronomie en Haute-Marne au lycée agricole de Fayl-Billot. Il la poursuit comme coopérant en Algérie au Lycée de Sidi Moussa. Passionné par les questions agricoles, c’est à ces dernières qu’il revient rapidement, avec un fort esprit de meneur d’équipe. Pierre Guez a en effet toujours aimé fédérer pour construire. Il en a été ainsi depuis les débuts en 1974 à Darcey, chez le négoce Renault-Jacquinet (repris sous le pavillon de la coop Sonogra en 1983), jusqu’au lancement de l’Alliance BFC en 2015. En passant bien sûr, en 1993, par la création de Dijon Céréales qui fusionnait 13 coopératives cantonales en pleine réforme de la PAC.

Pour cette dernière et le groupe coopératif Dijon Céréales, Pierre Guez a toujours nourri une forte ambition. Celle de s’exporter, notamment, qu’il a partagée avec Robert Bilbot et le Conseil d’Administration dans les projets de Cérévia et des terminaux céréaliers de Pagny et de Fos-sur-Mer. Celle de s’ouvrir aux autres acteurs de la société et à l’innovation aussi, un trait du caractère qui s’est concrétisé, en 2006, par son accession à la présidence du pôle de compétitivité Vitagora. Décoré en 2012 de la Légion d’Honneur, reçue au Ministère de l’Economie, il avait récompensé pour plus de 40 années d’engagement sans faille au service de la coopération et de l’agriculture française.

Vous trouverez en annexe les grandes dates du parcours de Pierre Guez, et un portrait détaillé de ce dernier dans le rapport d’activité 2018.


fusion de CEREALIS et CAPL



La fusion de CEREALIS et CAPL a été entérinée par les Assemblées Générales Extraordinaires des 10 et 11 décembre 2018.

Cette opération de fusion marque l’aboutissement du rapprochement entre ces deux coopératives initié en août dernier.

Avec leurs adhérents en commun, leurs métiers complémentaires, leurs services de proximité et partageant le même territoire, cette fusion va permettre :

  • d’apporter aux adhérents, quelle que soit leur orientation (vigne, arboriculture, céréales, maraîchage, cultures industrielles), un suivi technique de haut niveau ;
  • de proposer aux adhérents une offre élargie assortie de solutions nouvelles et innovantes ;
  • de consolider les partenariats « aval » afin d’apporter de nouveaux débouchés aux productions des adhérents ;
  • de renforcer les partenariats « amont » afin de peser davantage et de gagner en compétitivité ;
  • d’ouvrir des opportunités d’évolution aux salariés.

Méthanisation




Une convention Triskalia
- Ademe - Région Bretagne
pour des opérations groupées

Triskalia et sa filiale Capinov ont été retenus par l’Ademe et la Région Bretagne dans le cadre de l’appel à projet "opérations groupées de méthanisation”. Cette convention permet aux agriculteurs d’être accompagnés pour grouper les commandes et optimiser investissements et coûts de fonctionnement. Un plus pour répondre aux objectifs fixés en matière de méthanisation.

La méthanisation agricole participe au développement d’une économie verte et circulaire . Elle valorise en particulier les effluents d’élevage et produit une énergie renouvelable, non tributaire des aléas climatiques. De plus, elle limite le rejet des gaz à effet de serre des effluents dans l’atmosphère. Enfin, elle permet d’apporter un complément de revenu aux exploitations agricoles.

L’appel à projets “Opérations groupées de méthanisation” Le soutien de la méthanisation à la ferme sous toutes ses formes (micro-méthanisation, cogénération, injection…) est indispensable car, si le nombre de méthaniseurs augmente, la France est encore loin des objectifs nationaux1. Dans un contexte de baisse des aides publiques, l’Ademe et la Région Bretagne ont lancé un appel à projets “Opérations groupées de méthanisation”. Sa finalité est de mettre au point une offre industrielle compétitive alors qu’aujourd’hui la plupart des projets de méthanisation sont menés individuellement, sur un mode plus proche du prototype que de la série.

Une opération groupée permet d'augmenter le volume de projets, de donner de la visibilité aux constructeurs et équipementiers et ainsi favoriser une meilleure maîtrise des coûts.

L’accompagnement de Triskalia

Par ses bénéfices économiques, environnementaux et sociétaux, la méthanisation agricole s’inscrit pleinement dans la démarche Planète Positive2 du groupe coopératif Triskalia. Depuis 5 ans, la coopérative accompagne ses adhérents dans ce nouveau métier, cette voie de diversification qui permet de consolider les exploitations agricoles.

C’est dans ce contexte que Triskalia a répondu à l’appel à projets “Opérations groupées de méthanisation”, par l’intermédiaire de sa filiale Capinov. En effet, l'appel à projet participe au financement de l'accompagnement des agriculteurs en petits groupes, dans l'objectif d'aboutir à une commande groupée.

La coopérative a été retenue dans le cadre de cet appel à projet et la convention Ademe - Région Bretagne - Triskalia a été signée ce mercredi 12 décembre à Rennes, entre Gilles Petitjean, directeur de l’Ademe Bretagne et Jean-François Appriou, administrateur Triskalia et président de la commission Planète Positive de la coopérative.

Triskalia va mettre en oeuvre ces opérations groupées dès le début 2019 . En pratique, chaque agriculteur pourra s’identifier à un projet “type”, en fonction de son exploitation et de ses objectifs. Les agriculteurs intéressés se réuniront ensuite en petits groupes pour définir ensemble les caractéristiques de leur unité de méthanisation “type”. Capinov, en lien avec Triskalia, assurera leur accompagnement technique, administratif et la consultation des fournisseurs.

1. Le Plan EMAA visait, en 2013, un objectif de 1000 méthaniseurs agricoles en 2020 : en juillet
2018, 450 installations agricoles étaient recensées (données Club Biogaz)

2. Planète Positive, l’Agroécologie et le développement durable de Triskalia

OCEALIA en action !




Retour économique privilégié pour les adhérents dans un contexte agricole qui reste difficile :

  • Avec une récolte de céréales un peu plus élevée mais des prix toujours trop bas, la situation globale de l’élevage un peu meilleure sans toutefois permettre de reconstituer les marges, la situation économique demeure difficile. Seule la viticulture demeure bien orientée, malgré divers incidents climatiques. Dans ce contexte, le Conseil d’Administration a privilégié le retour économique pour ses adhérents. Cela s’est traduit par une bonne rémunération de la collecte malgré le handicap d’une qualité très irrégulière, et par des mesures d’accompagnement significatives pour soulager les trésoreries. C’est ainsi qu’avec un CA de 543 M€, en hausse de 13% en raison de l’évolution du volume de collecte, Océalia a pu restituer 12 M€ de compléments de prix et présente un résultat net de 5,3 M€ soit 1% du CA. Ce résultat est obtenu avec un résultat d’exploitation de 0,1 % démontrant notre volonté de maximiser le retour économique.
  • En ce qui concerne le Groupe, les bons résultats obtenus dans le domaine des vins et spiritueux, de la filière pop corn, des jardineries comme du transport, ont permis de consolider un résultat net Groupe à hauteur de 3,8 M€ pour un CA total de 575 M€.

Renforcement de la proximité, de l’accompagnement et du soutien de nos adhérents :

  • Soutien aux adhérents
    Au-delà de la gestion au plus juste du résultat d’exploitation, des retours économiques supplémentaires ont été décidés lors de l’Ag 2018 avec une rémunération du capital social à hauteur de 2,5%, des ristournes sur le résultat de la filiale pour les producteurs de popcorn, sur le chiffre d’affaires des aliments composés bovins, ovins, caprins pour les éleveurs.
    Par ailleurs des mesures d’accompagnement de trésorerie ont été maintenues sur l’exercice, avec des reports d’échéances sur les approvisionnements ou des avances de trésorerie sur les contrats prix ferme, ainsi qu’une politique de cautionnement sur les financements de campagnes en approvisionnements conduite en partenariat avec les banques.
  • Proximité et accompagnement des adhérents
    Océalia développe une approche globale des exploitations prenant en compte l’ensemble des enjeux complexes que doivent appréhender les agriculteurs. Nous proposons des services adaptés et créateurs de valeur pour les adhérents.
    Le binôme conseiller d’exploitation et responsable de site constitue le relais de proximité essentiel de la Coopérative. Les OCEALIADES, pilotées par les administrateurs et les responsables de région complètent ce dispositif. Centrés sur des sujets prospectifs et novateurs impactant nos métiers, ces nouveaux rendez-vous donnent lieu à des échanges très constructifs.

Préparer l’avenir :

  • Développer l’innovation
    Nous continuons nos efforts de déploiement de services supports, porteurs de valeur ajoutée pour nos adhérents et source de pérennité pour leurs exploitations. Cela concerne des domaines aussi variés que la gestion des risques, le pilotage technico-économique des exploitations, l’accompagnement environnemental et l’agriculture de précision.
  • Renforcer notre compétitivité
    Nous poursuivons notre politique d’amélioration continue de nos processus afin que notre performance collective progresse. Des démarches de rationalisation de nos activités logistique et approvisionnement-collecte sont engagées afin d’obtenir des gains de compétitivité au service de nos adhérents. La première tranche de notre plan d’investissements en capacités supplémentaires de stockage et d’allotement a été réalisée sur l’exercice. Cela nous permettra de capter de la valeur additionnelle par une plus grande maîtrise des flux export et la segmentation qualité des grains, tout en réduisant les transferts inter sites.
  • Développer les filières et les partenariats
    Au 1er juillet 2018, Natéa est devenue Coopérative associée d’Océalia. Ce partenariat trouve des synergies tant au niveau de la commercialisation des céréales qu’au niveau des Jardineries et du Pôle élevage. Océalia poursuit ainsi la structuration de son pôle élevage. Soléo Développement prend également une nouvelle dimension avec l’entrée au capital de Alicoop, Natéa, Terra Lacta, Caveb et les 3 caisses régionales du Crédit Agricole sur le territoire aux côtés des Coopératives Océalia, Sèvre et Belle, Cap Faye.
    Dans le domaine des productions végétales, nous renforçons nos filières existantes et notamment la filière pop corn avec une chaîne de fabrication entièrement renouvelée. De même, nous avons lancé une nouvelle alliance avec les coopératives des Deux-Sèvres, Cap Faye et Sèvre et Belle dans le domaine de la mise en marché des céréales bio. Cette dynamique sera prochainement élargie à d’autres acteurs locaux.
    Au niveau du pôle viticole, deux filiales ont été créées : Les Caves Jules Gautret pour la valorisation en circuit court et l’oenotourisme, ainsi que DVS, société de portage de nos stocks d’eaux-de-vie. Enfin, les Jardineries Monplaisir poursuivent leur développement et enregistrent un excellent résultat grâce à la rigueur de gestion et la dynamique enclenchée depuis plusieurs années.
  • Réviser notre plan stratégique à 5 ans
    Face aux nouveaux enjeux règlementaires, technologiques et sociétaux, un nouveau plan stratégique a été élaboré par le C.A. et le Comité de Direction ; il vise à ancrer durablement notre Groupe dans la modernité et porte des ambitions fortes pour la pérennité économique des exploitations et de l’agriculture régionale.

Conclusion :

Riche de ses 7 200 adhérents et 911 salariés, fort de ses activités diversifiées sur un territoire étendu à 5 départements (16,17, 79, 86, 24) et fier de son modèle Coopératif, le Groupe OCEALIA est au service de ses adhérents, tendu vers l’avenir, prêt à répondre aux multiples défis de notre environnement.

« Nous voulons former un collectif d’adhérents et de salariés ancrés sur le territoire Centre Ouest, engagés pour produire durablement une offre alimentaire saine et diversifiée répondant aux exigences de nos clients, créatrice de valeur économique, sociale et environnementale »